Abstract

Dans cet article, je suggère que le roman Aline-Ali d’André Léo démontre une théorie féministe qui est plus radicale que celle qu’André Léo propose dans son traité féministe La Femme et les mœurs. Je montre que le travestissement du personnage principal Aline sert à abolir les frontières entre hommes et femmes ; en tant qu’Ali, un jeune homme français, Aline réussit à éduquer les hommes sur la condition sociale des femmes. Au lieu de considérer le travestissement d’Aline-Ali comme une forme de mascarade, je propose que cette pratique vestimentaire permet à Aline-Ali de présenter son identité vraie, celle d’un homme nouveau. L’ironie est que cet homme nouveau est une femme.

pdf

Additional Information

ISSN
2166-5486
Print ISSN
1077-825x
Pages
pp. 33-45
Launched on MUSE
2016-12-30
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.