In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • La bataille de l’avortement, chronique québécoise by Louise Desmarais
  • Louise Langevin (bio)
Louise Desmarais, La bataille de l’avortement, chronique québécoise (Montréal: Remue-ménage, 2016). ISBN 978-2-89091-553-4.

En s’opposant aux pouvoirs politique, médical et religieux ainsi qu’à leurs conjoints, et en mettant souvent leur vie en danger, les femmes de toutes les époques et de toutes les classes ont tenté de contrôler leurs capacités de reproduction1. Le mouvement occidental des femmes a fait de l’autonomie reproductive une de ses luttes principales. Dans les années 1970, les femmes clamaient le slogan: « Les enfants que je veux, quand je le veux. » Malgré les progrès accomplis dans ce domaine—la plupart des pays industrialisés offrant des services d’avortement dans le premier trimestre de la grossesse—la question de l’autonomie reproductive des femmes et du contrôle de leur corps fait les manchettes régulièrement. De nombreux dirigeants étatiques, groupes religieux ou autres conservateurs tentent de limiter l’accès des femmes à l’avortement.

Le Canada n’a pas échappé à cette situation avec l’élection du Parti conservateur à Ottawa en 2006 pour qui l’avortement représentait une menace à la famille traditionnelle hétérosexuelle et une atteinte aux valeurs chrétiennes. L’adoption de nombreux projets de lois et de résolutions tentant de recriminaliser l’avortement de toutes les façons en témoigne2. Au Québec, à l’été 2015, des médecins et des intervenantes pratiquant des avortements dans des cliniques privées à Montréal ont dénoncé les groupes anti-choix qui manifestent régulièrement devant leurs cliniques et qui importunent leurs clientes3. Ces cliniques, qui doivent obtenir des injonctions pour limiter l’activité de ces groupes, ont demandé au gouvernement [End Page 668] québécois d’adopter une loi similaire à celle de la Colombie-Britannique4, en vigueur depuis 1996, qui interdit les manifestations près des cliniques d’avortements5. En janvier 2016, des militantes de l’Île-du-Prince-Édouard, Abortion Access Now, ont dû intenter une action contre le gouvernement provincial pour obtenir des services d’avortement, les femmes de l’île devant aller à l’extérieur de leur province pour avoir accès à ces services6. Il semble que celui-ci ait décidé d’en offrir7. Pourtant nous étions bien en 20168.

Malgré ces manœuvres, souvent inspirées de groupes anti-choix américains, qui tentent de limiter l’accès à l’avortement au Canada, les Canadiennes jouissent du droit à l’autonomie de reproduction. Sur une période de 20 ans, par des interprétations jurisprudentielles, la Cour suprême du Canada a reconnu le droit des femmes de choisir. En effet, le plus haut tribunal a décriminalisé l’avortement en 1988 par l’arrêt Morgentaler9. L’année suivante, dans l’arrêt Daigle c Tremblay10, il refuse d’accorder une injonction pour empêcher une femme violentée par son conjoint de se faire avorter. Il précise que le foetus n’a pas la personnalité juridique et que les pères n’ont pas de droits sur ce dernier. En 1987, en refusant d’intervenir dans le mode de vie d’une femme enceinte toxicomane dans l’arrêt Office des services à l’enfant et à la famille de Winnipeg (région du Nord-Ouest) c G. (D.F.), la Cour suprême rappelle le droit à l’autonomie reproductive des femmes11. Enfin, dans l’arrêt Dobson (Tuteur à l’instance de) c Dobson12, elle refuse de reconnaître à l’enfant le droit de poursuivre sa mère pour le comportement fautif de celle-ci pendant la vie intra-utérine de l’enfant, au nom du droit des femmes enceintes à la vie privée et à l’autonomie. Bien que le droit à l’autonomie de reproduction ne soit [End Page 669] pas inscrit nommément dans la Charte canadienne des droits et libertés13, il est protégé à la fois par l’article 2 a) portant sur la liberté de conscience, par l’article...

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0235
Print ISSN
0832-8781
Pages
pp. 668-675
Launched on MUSE
2016-12-09
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.