Abstract

Abstract:

This article explores the contested meaning of ritual in early modern English political culture via the 1641 treason trial of the Earl of Strafford. Of the twenty-seven charges against Strafford, one alleged that Strafford had abused his authority by leading a court martial against a personal rival. Strafford’s defence hinged upon the fact that he had removed his hat while the court martial was in session, thereby surrendering any claim to authority over its decision. Strafford’s accusers argued for a more comprehensive exploration of his actions and the staging of the event. An examination of how each side recreated the court martial demonstrates how rituals of authority were constructed, and challenged, by observers and participants alike.

Résumé analytique:

Dans cet article, nous explorons la signification controversée du rituel dans la culture politique anglaise à l’époque moderne en prenant le cas du procès du Comte de Strafford accusé de trahison en 1641. Des vingt-sept chefs d’accusation contre lui, une en particulier présumait que Strafford avait fait preuve d’abus de pouvoir en traduisant un adversaire personnel en conseil de guerre. La défense de Strafford soutenait que le fait qu’il se soit découvert la tête alors que le conseil de guerre était en séance démontrait qu’il abandonnait toute revendication de pouvoir quant au jugement. Les accusateurs de Strafford réclamaient une enquête plus approfondie sur ses faits et gestes et sur la mise en scène de cette occurrence. Prenant en considération comment chaque camp recréa le conseil de guerre, nous pouvons déceler de quelle façon les rituels du pouvoir étaient édifiés et mis au défi par les participants de même que les spectateurs.

pdf

Additional Information

ISSN
2292-8502
Print ISSN
0008-4107
Pages
pp. 243-268
Launched on MUSE
2016-08-04
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.