In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Gender and Genre: German Women Write the French Revolution by Stephanie M. Hilger
  • Monique Moser-Verrey (bio)
Gender and Genre: German Women Write the French Revolution par Stephanie M. Hilger Newark: University of Delaware Press; Lanham: Rowman & Littlefield, 2015. xii+184pp. US$70. ISBN 978-1-61149-529-4.

Spécialiste de l’écriture des femmes au lendemain de la Révolution, Stéphanie Hilger nous donne ici une nouvelle étude cernant la contribution d’écrivaines au dialogue interculturel qui révèle à cette époque charnière un corps social en mutation. Tandis que dans Women Write Back (2009) elle avait souligné le cosmopolitisme de femmes capables de prendre le contre-pied de grands auteurs des Lumières tels Voltaire, Rousseau, Johnson et Goethe, Gender and Genre (2015) approfondit sa recherche sur le positionnement des écrivaines dans le spectre des genres littéraires, déjà présente dans son premier livre, tout en ciblant le nationalisme naissant parmi les auteures de langue allemande. [End Page 765]

Sa réflexion cadre s’inscrit dans la foulée de la recherche féministe qui depuis une cinquantaine d’années remet en circulation des écrits de femmes écartés de l’horizon littéraire et culturel par une appréhension canonique trop exclusivement réservée aux hommes. Tout en rendant hommage aux avancées des premières générations de chercheuses, Hilger termine son parcours critique par un appel au dialogue nécessaire pour rétablir définitivement les points de vue féminins dans l’histoire littéraire. Mais son approche s’appuie aussi sur la recherche en histoire et sur celle qui étudie les genres littéraires dans une perspective comparatiste. Même si sa table des matières affiche les genres littéraires dans lesquels s’inscrivent les ouvrages étudiés, chaque chapitre étaie solidement le contexte historique motivant le propos des écrivaines choisies, soit Therese Huber (1764-1829), Caroline de la Motte Fouqué (1774-1831), Christine Westphalen (1758-1840), Regula Engel (1761-1853), Sophie von La Roche (1730-1807) et Henriette Frôlich (1768-1833).

Ces femmes, dont la vie est contemporaine des événements de 1789, de la mort de Louis xvi en 1793, de la Terreur et des guerres révolutionnaires puis napoléoniennes qui secouent le Saint empire germanique mais aussi les cantons suisses, rusent avec les attentes du public lecteur pour prendre position sur ces sujets d’actualité dans un contexte politique et social tourmenté et violent. Hilger explique avec finesse leurs nombreuses stratégies et montre aussi qu’elles publient les ouvrages étudiés en Allemagne et en Suisse entre 1795 et 1820 généralement par nécessité, car leurs pourvoyeurs sont décédés ou vaincus. À la suite des travaux de Lynn Hunt sur Le Roman familial de la Révolution (1992), Hilger s’intéresse également à l’image des héroïnes aux corps et aux esprits meurtris par les circonstances et poursuit l’hypothèse voulant que ces images symbolisent de nouveaux types de corps politique en devenir. Il va sans dire que les corps fragilisés des héroïnes, travesties en soldats voire déplacées vers les colonies parlent un tout autre langage que le corps magnifié de Marianne, l’emblème bien connu de la République. Encore que cet angle d’attaque stimule de nombreuses remarques pertinentes, il ne peut pas être vraiment concluant, car les histoires sont trop variées et trop peu nombreuses pour faire émerger un modèle interprétatif prégnant.

Qu’en est-il de ces histoires? Mis à part Die Familie Seldorf (1795-96) de Huber et Virginia oder die Kolonie von Kentucky (1820) de Frôlich où la biographie des héroïnes relève de la fiction, tous les autres textes développent de façon plus ou moins fictionnelle l’histoire véritable de protagonistes mêlés à la Révolution ou l’émigration. La Charlotte Corday (1804) de Westphalen en est l’exemple le plus frappant. Il s’agit d’une tragédie historique publiée à Hambourg avant l’arrivée des troupes de Napoléon pour célébrer...

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0243
Print ISSN
0840-6286
Pages
pp. 765-768
Launched on MUSE
2016-07-01
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.