In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • A Line in the Sand: A History of the Western U.S.-Mexico Border by Rachel St. John
  • Emmanuelle Perez
Rachel St. John A Line in the Sand: A History of the Western U.S.-Mexico Border Princeton, Princeton University Press, 2011, x- 284 p.

Le courant historiographique qui s’est intéressé aux terres frontières (Borderlands) s’est affirmé en partie par opposition à l’idée de la frontière comme délimitation franche entre deux États, préférant aborder les interactions qui s’y produisaient1. Rachel St. John entreprend de réconcilier les deux perspectives et d’étudier le processus qui a conduit à la formation d’une frontière perçue comme une barrière entre les États-Unis et le Mexique. Son projet est de montrer comment, à plusieurs échelles, la frontière telle que nous nous la représentons actuellement a été fabriquée à l’intersection de logiques locales, nationales, transnationales, voire globales (construction de l’État-nation, définition de la citoyenneté, développement du capitalisme international). Si l’auteure admet que, par définition, la frontière est le lieu où peut s’exercer la souveraineté de l’État, elle veut aussi remettre les acteurs locaux au centre de son histoire en soulignant leur marge de négociation.

Par contraste avec les représentations actuelles qui en font une ligne réputée infranchissable, notamment vis-à-vis des immigrants mexicains, l’auteure observe que ces préoccupations sont apparues relativement tard dans la gestion de la frontière. Dans un premier temps, une grande partie du livre est d’ailleurs consacrée à la description d’un territoire qui, loin d’être contrôlé par les États, leur est inconnu et est dominé par les tribus indigènes. Dans un second temps, l’auteure montre comment cette frontière est le lieu d’un développement économique et démographique bi-national. Ce n’est que dans un dernier temps que cette frontière devient en priorité le lieu d’un contrôle étatique et national fort, quoique toujours remis en cause par des débats, des usages et les limites de l’action de l’État et de ses agents. Plutôt qu’une barrière, la frontière est le lieu où les États s’emploient à mieux contrôler les mouvements de population et de marchandises en fonction de leurs priorités.

Le livre est consacré à la partie occidentale de la frontière, à partir de là où elle se sépare d’un trait linéaire du paysage, le fleuve Rio Grande/Río Bravo. À l’imprécision de la limite s’ajoute l’environnement désertique et, au xixe siècle, le peuplement par des nomades, qui contribue à faire de cette zone un espace flou plutôt qu’une ligne fixe. La structure chronologique de l’ouvrage insiste sur la construction progressive de la frontière comme barrière: c’est l’histoire d’un renforcement de l’État et de ses priorités sur les communautés locales, qui n’avait rien de prédéfini. Mais la perspective permet aussi une étude thématique: chaque chapitre aborde la frontière par un thème nouveau choisi en fonction de son émergence dans le temps.

Le premier chapitre est consacré au tracé de la frontière. En effet, avant 1848, les frontières entre États étaient encore relativement imprécises en Amérique du Nord. La guerre entre le Mexique et les États-Unis (1846-1848), partiellement causée par cette imprécision, représente un point de non-retour. Néanmoins, R. St. John montre que, loin d’être évident, le tracé de la frontière pose problème pour des raisons à la fois techniques, géographiques et géopolitiques, comme une contradiction entre traités, ou l’inconstance du cours d’un fleuve. Elle dresse le portrait d’une région particulièrement répulsive, pour mieux marquer le contraste avec les représentations actuelles qui en font à la fois une destination recherchée en tant que porte d’entrée des États-Unis ou espace de loisirs frontaliers et une région relativement...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 250-252
Launched on MUSE
2016-06-10
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.