Rites of Passage: Tourism and the Crossing to Prince Edward Island
Abstract

Abstract:

The tourism history of Prince Edward Island clearly demonstrates the dynamic importance of marine transportation to island tourism. The sea passage to an island is a visceral marker of “otherness,” yet mass tourism requires convenient access. Even as exporters and importers pressed the “rights of passage” (captured in Confederation’s promise of “continuous steam communication” with the Mainland), tourism promoters began to incorporate the “rites of passage” into their promotion of the island province. This paper traces over time this tension between the prosaic and the metaphysical: the desire for transportation efficiency and the tourist experience of islandness.

Abstract:

L’histoire du tourisme à l’Île-du-Prince-Édouard témoigne nettement de l’importance dynamique du transport maritime pour le tourisme insulaire. Si la traversée à une île est un marqueur viscéral de l’« altérité », le tourisme de masse exige toutefois un accès convenable. Même au moment où les exportateurs et les importateurs insistaient sur les « droits de passage » (saisis dans la promesse de la Confédération d’une « liaison permanente par bateaux à vapeur » avec le continent), les promoteurs du tourisme ont commencé à intégrer les « rites de passage » dans leur promotion de la province insulaire. Le présent article relate l’évolution de la tension entre le prosaïque et le métaphysique : le désir d’efficacité dans les transports et l’expérience touristique de l’insularité.


pdf