Abstract

Daniel Cobb Harvey (1886–1965) was one of the most renowned of the twentieth-century historians of Canada’s Maritime Provinces. Although he served from 1931 to 1956 as the provincial archivist of Nova Scotia, he was throughout his entire adult life passionately committed to the history of his native Prince Edward Island. An ardent proponent of bringing the British liberal enlightenment to all Canadians, Harvey worked assiduously from the 1920s to the 1950s to make Islanders care about their province’s progress and Canadians care about the Island. He scored some notable triumphs in the Historic Sites and Monuments Board, which, thanks to his efforts, conceded far more plaques to honour Island history than would otherwise have been the case. Yet in many ways the victory was a Pyrrhic one. Tourism-related public history placed a strain upon the very liberal enlightenment Harvey was attempting to secure. It did so both because of pressure from the nascent tourism industry, which both provincial and federal governments were coming to identify as a remedy for the Depression-induced crisis, and because it often meant the direct application of problematic standards to historical practice. It also entailed a politics of cultural selection that, in confirming again and again the inevitability and rightness of liberal order, paradoxically placed Harvey’s liberal values themselves under pressure.

Abstract:

Daniel Cobb Harvey (1886–1965) est l’un des historiens des provinces Maritimes du Canada les plus réputés du XXe siècle. S’il a été archiviste provincial de la Nouvelle-Écosse de 1931 à 1956, il s’est néanmoins passionné toute sa vie adulte pour l’histoire de sa province natale, l’Île-du-Prince-Édouard. Ardent promoteur de la diffusion des Lumières libérales britanniques auprès de tous les Canadiens, Harvey s’est employé sans relâche depuis les années 1920 jusqu’aux années 1950 à sensibiliser les habitants de l’Île aux progrès de leur province et à cultiver l’intérêt des Canadiens pour l’Île. Il a remporté quelques victoires remarquables à la Commission des lieux et monuments historiques. Grâce à ses efforts, celle-ci a en effet concédé beaucoup plus de plaques pour faire honneur à l’histoire de l’Île que ça n’aurait été le cas autrement. À bien des égards, pourtant, il s’agissait là d’une victoire à la Pyrrhus, car l’histoire publique liée au tourisme a tamisé fortement les lumières libérales mêmes que Harvey tentait de répandre. Elle l’a fait à la fois parce qu’elle subissait des pressions de la part de l’industrie touristique naissante, industrie que le gouvernement fédéral tout comme le gouvernement provincial en étaient venus à voir comme un remède à la crise provoquée par la Dépression, et parce que cela menait souvent à l’application directe de normes problématiques à la pratique de l’histoire. Elle a également entraîné une politique de sélection culturelle qui, en confirmant à plusieurs reprises l’inévitabilité et la justesse de l’ordre libéral, mettait paradoxalement les valeurs libérales de Harvey elles-mêmes à l’épreuve.

pdf

Additional Information

ISSN
1918-6576
Print ISSN
0018-2257
Pages
pp. 263-287
Launched on MUSE
2016-05-20
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.