In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • Conclusions
  • Pierre Gros

Ce colloque de Berlin constitue pour moi non seulement un événement de première importance, car rien de ce qui peut permettre d’approfondir nos connaissances sur le de Architectura ne saurait me laisser indifférent, mais aussi un épisode émouvant, en ce qu’il me donne l’occasion de renouer avec ma jeunesse: il y a de cela maintenant près de trente ans (horresco referens), en septembre 1983, je participais, au cœur de ce qui n’était encore que Berlin-Ouest, dans le cadre des “Diskussionen zur archäologischen Bauforschung” à une rencontre intitulée Bauplanung und Bautheorie in der Antike, où le système métrologique de Vitruve et sa typologie monumentale occupaient une place décisive.

La présente réunion est évidemment très différente puisqu’elle n’est pas centrée sur les données proprement architecturales du traité vitruvien, mais le soumet, comme l’indique son sous-titre, aux feux croisés d’un examen pluridisciplinaire. Elle s’oriente plus précisément dans deux directions apparemment divergentes mais finalement complémentaires: la première est celle qui tente de retrouver les raisons réelles ou supposées de l’engouement pour le vieux théoricien, ou au contraire de la dépréciation de ses principes, du Moyen Age au XVIIIème siècle; en cela elle s’inscrit dans le droit fil de diverses manifestations antérieures qui ont elles aussi adopté une visée que nous pourrions appeler transversale; je songe en particulier au Convegno internazionale de Gênes intitulé Vitruvio nella cultura architettonica antica, medievale e moderna, publié en 2003, au volume récent dans lequel Lucia Bertolini a rassemblé différentes études sous le titre Saggi di letteratura architettonica da Vitruvio a Winckelmann (Florence 2009) et à la rencontre dirigée par M. Courrént, publiée au Canada sous le titre Vitruve, dans les Cahiers des études anciennes de 2011. La seconde orientation consiste à interroger l’œuvre et son auteur sous des angles d’approche différents de [End Page 353] ceux qu’on adopte ordinairement pour examiner le seul manuel d’architecture que nous ait légué l’Antiquité, si l’on excepte le traité d’urbanisme de Julien d’Ascalon, beaucoup plus tardif (Saliou 1996). La plupart des communications que nous avons entendues au cours de ces deux jours, dues à des spécialistes venus d’horizons divers, de l’histoire des mathématiques, de celle des sciences physiques ou naturelles, de la philosophie, de la littérature, ainsi que de l’histoire du XIXème s., ont mis en œuvre des méthodes qui ne sont pas exactement celles des historiens de l’architecture, mais qui présentent pour cette raison des potentialités nouvelles, et contribuent à approfondir sinon le contenu normatif et descriptif du traité vitruvien, du moins son mode de constitution, le substrat intellectuel et les a priori axiologiques, plus rarement explorés, sur lesquels il repose, sans oublier les intentions proclamées ou implicites de son projet éditorial. Ainsi, l’analyse des connaissances et des systèmes de valeurs communs à Vitruve et à son lectorat (et de ce fait presque jamais explicités dans l’ouvrage), les nondits des développements apparemment les plus clairs ou les plus détaillés, la conception que se faisait l’auteur de la création littéraire et du rôle qu’il lui assignait dans la transmission ou la diffusion du savoir, l’absence ou plutôt la faible présence d’une certaine “rhétorique des genres” dont on s’avise aujourd’hui qu’elle était dans l’Antiquité l’une des catégories organisatrices non seulement de la forme mais aussi des contenus, sont autant de thématiques dont le développement a contribué à donner une épaisseur nouvelle aussi bien à la silhouette de l’auteur qu’à la portée de son œuvre.

On s’aperçoit ainsi qu’à côté du travail d’édition, particulièrement intense au cours de ces dernières décennies, en France, en Italie, en Angleterre, et en Allemagne,1 à côté de la recherche, toujours étonnamment féconde, des manuscrits, avec la red...

pdf

Additional Information

ISSN
1080-6504
Print ISSN
0004-0975
Pages
pp. 353-369
Launched on MUSE
2016-05-12
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.