In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • The Logic of Political Conflict in Medieval Cities: Italy and the Southern Low Countries, 1370-1440 by Patrick Lantschner
  • Jan Dumolyn
Patrick Lantschner The Logic of Political Conflict in Medieval Cities: Italy and the Southern Low Countries, 1370-1440 Oxford, Oxford University Press, 2015, xii-275 p.

Cet ouvrage, qui est la version remaniée d’une thèse de doctorat, est sans doute aucun une nouvelle étude majeure dans le domaine de l’histoire politique de la fin du Moyen Âge. Sa conception est claire et cohérente : à partir d’une étude comparative des oppositions politiques, des « groupes d’action » et des mécanismes de conflit dans trois villes du Nord de l’Italie et du Sud des Pays-Bas, les deux régions les plus urbanisées de l’Europe médiévale, l’auteur développe un modèle historicopolitique de ce qu’il appelle un « ordre politique polycentrique » (p. 3). L’ambition de Patrick Lantschner est de développer un cadre alternatif pour l’analyse d’insurrections déjà fort étudiées et des conflits intra-urbains dans la ville des xive et xve siècles.

L’étude des soulèvements médiévaux, que nombre d’ouvrages plus anciens ont décrits de manière fragmentaire, reçut à la fin des années 1960 et au début des années 1970 une première impulsion par le biais des travaux devenus classiques de Michel Mollat du Jourdin et Philippe Wolff ou de Guy Fourquin1. La discussion abordait en particulier la question de savoir s’il s’agissait d’authentiques mouvements « du bas vers le haut » ou de conflits manipulés par des factions élitaires ou par des figures dirigeantes. Les interrogations majeures portaient aussi sur les révoltes citadines et paysannes, et leurs liens avec la situation économique, notamment la pression fiscale grandissante, ainsi qu’avec les conditions de guerre, en particulier celles qui furent vécues au cours de l’ère dite « de crise » que constitua la fin du Moyen Âge. Au cours des années 1980, ce fut le modèle pour l’étude de l’« action collective », développé par le sociologue historique Charles Tilly, qui imposa la perspective dominante2.

Dans son sillage, des historiens comme Wim Blockmans et Marc Boone cherchèrent à découvrir au sein de la société des contradictions structurelles plus importantes que les antagonismes de classe traditionnels, des « répertoires » de la mobilisation ou encore la place des révoltes urbaines par rapport au processus de formation de l’État à la fin du Moyen Âge. Plus récemment, Samuel Cohn proposa une réévaluation de l’importance fondamentale des soulèvements comme élément permanent dans le jeu politique de la société médiévale3. Par la suite, d’autres médiévistes attirèrent l’attention sur les aspects culturels et discursifs de la politique « populaire » du Moyen Âge, soit un ensemble d’éléments auxquels s’intéressent également les spécialistes des soulèvements populaires du début des Temps modernes4.

F. Lantschner semble accepter les principales conclusions de S. Cohn mais s’engage très peu dans une discussion explicite avec ses prédécesseurs. Surtout, l’influence de ce soidisant « tournant culturel » est chez lui relativement limitée. Son approche politicologique et institutionnelle est des plus légitimes. Dans les six villes sélectionnées, il cherche à dégager et mettre en avant les institutions, telles que les paroisses et les corporations de métiers, qui ont déterminé la vie sociale et politique – dans le sens où elles pouvaient devenir des « groupes d’action » –, formant des coalitions spécifiques afin d’influencer la vie publique et d’évoluer ainsi au sein du champ politique. De cette manière, il va au-delà de la tendance récente [End Page 1015] qui se focalise surtout sur la « politique populaire », soulignant que les élites politiques ont bel et bien joué un rôle dans ce processus. F. Lantschner n’est pas le premier à souligner l’importance de coalitions plus larges entre les groupes sociaux urbains dans la lutte pour le pouvoir, mais le...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 1015-1017
Launched on MUSE
2016-05-05
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.