In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • « Héritage de serve condition », une société et son espace. La Haute Marche à la fin du Moyen âge by David Glomot
  • Emmanuel Grélois
David Glomot « Héritage de serve condition », une société et son espace. La Haute Marche à la fin du Moyen âge Limoges, Pulim, 2013, 466 p. et 1 CD

Héritières de l’histoire sérielle, les monographies sur les campagnes recourent désormais au traitement informatique : bases de données, cartographie géoréférencée, analyse factorielle. Dans le sillage de Samuel Leturcq et de Nicolas Poirier1, David Glomot, cherchant l’origine du bocage creusois, dresse le portrait d’un pays pauvre mais peuplé, la Haute Marche des années 1450-1530, où il voit « un modèle de survie et d’ordre social a minima » (p. 311). Entre Limousin, Berry, Bourbonnais et Auvergne, du val de Creuse au Franc-Alleu et à la Combraille, la Marche comporte peu de villes, une moyenne montagne froide et surpeuplée à seigle et à moutons, et quelques vallées plus riantes.

La méthode, au risque assumé, propose une « génétique du paysage » grâce à l’analyse géomatique. Faute de sources avant le xive siècle et de plans terriers modernes, un système d’information géographique (sig) joint à une base de données juxtapose et cartographie les informations issues de trente-cinq terriers seigneuriaux (1470-1530) et celles du cadastre (1810-1830). Les notaires décrivent les tenures, parfois la réserve, jamais les communaux, le saltus ou les enclaves des autres seigneuries; de plus, les parcelles du xixe siècle et celles de 1500 ne coïncident pas toujours. Mais les tenanciers relevant de plusieurs seigneuries étant rares et l’inertie des masses parcellaires forte, le sig surmonte ces difficultés, tout comme les problèmes métrologiques. La moitié de l’espace de la fin du Moyen Âge est reconstituée par cartographie régressive, entre analyse spatiale (polygones de Thiessen) et empirisme prudent (repères du paysage intangibles utilisés pour le géoréférencement, correction ou rejet des données aberrantes). [End Page 987]

Tardive et modeste, la sortie de la crise médiévale rapproche la Marche du Limousin. Les raisons de l’atonie : « clergé pauvre, piètre noblesse, bourgeoisie muette » (p. 113). Bien que peu documentée, la peste semble frapper moins que dans les plaines. Mais la guerre – armées, routiers, brigandage nobiliaire – n’épargne pas la Marche : entre 1356 et 1373 (chevauchée du Prince Noir, ravages perpétrés par Bertrand Du Guesclin et le duc de Bourbon, sièges des villes voisines), durant les années 1430-1450, en particulier avec la Praguerie (1440), et enfin lors de la guerre du Bien public (1465). Les seigneurs les plus puissants multiplient les services de guet et de garde, les tailles pour fortifier petites villes et églises; les plus faibles ne peuvent enrayer la raréfaction de leurs serfs. Pesant sur 200 paroisses mais seulement 4 000 feux en 1486, la fiscalité royale marque la reprise en main du pays à partir de Charles VII. La reconstruction s’accélère au milieu du xve siècle. Le marché de la terre reprend et des patrimoines se concentrent, justifiant bientôt la rédaction ou le renouvellement des terriers. Les nouveaux maîtres construisent des maisons fortes, renforcent le servage (jusque dans la coutume rédigée en 1521) et développent le faire-valoir indirect. La faiblesse du pouvoir comtal profite à une oligarchie violente de chevaliers locaux, issus de familles anciennes ou récentes (capitaines), souvent absous par les lettres de rémission que le roi délivre pour stabiliser la contrée.

L’Église, surtout régulière, entre recours au métayage, servage dur et mise en commende, innove peu. Tenanciers et clercs à la fois, quelques prêtres forment une petite élite paysanne face à des prêtres communalistes pléthoriques et pauvres. Du côté laïque, faute d’émulation par la bourgeoisie, des patrimoines peu concentrés et des lignages peu structurés font des écuyers de gros cultivateurs; une « plèbe nobiliaire » (p...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 987-989
Launched on MUSE
2016-05-05
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.