Abstract

Il est important de préciser les concepts de « ressac » (backlash) et de « postféminisme » pour comprendre la politique des genres des mouvements masculinistes et des groupes de défense des droits des hommes. En m’inspirant du travail d’universitaires pertinentes (féministes), je défends une compréhension particulière du ressac et du post-féminisme, et je propose une typologie pour aider à situer les différents mouvements masculinistes. La typologie fait une distinction entre ressac, post-féminisme et féminisme au regard des affirmations empiriques et des jugements de valeur propres à chaque perspective. Le ressac se fonde sur l’allégation que la société défavorise plus les hommes que les femmes. Le genre est alors perçu comme une question politique, nécessitant un discours collectif antiféministe. Le post-féminisme est une perspective fondamentalement ambivalente, où l’on présume que l’égalité des genres est déjà établie (dans l’ensemble). Certaines idées féministes sont tenues pour acquises, tandis que le féminisme lui-même est présenté comme un anachronisme. Le genre est dépolitisé et le féminisme devient un choix de vie personnel. Enfin, le féminisme, comme le ressac, part du principe qu’il existe encore des inégalités criantes dans la société contemporaine, mais le groupe désavantagé serait plutôt celui des femmes. Ici, le genre est politisé et les inégalités de genre nécessitent un discours collectif féministe. Afin d’illustrer les différentes perspectives présentées par les groupes de défense des droits des hommes, je cite le groupe britannique pour les droits pour les pères (Real Fathers 4 Justice), en démontrant qu’ils alternent entre les récits du post-féminisme et du ressac.

Abstract

Conceptualizing “backlash” and “postfeminism” is important to understanding the gender politics of men’s movements and men’s rights groups. Drawing on the work of relevant (feminist) scholars, I argue for a particular understanding of both backlash and postfeminism and map out a typology intended to help situate different men’s movements. The typology distinguishes between backlash, postfeminism, and feminism in terms of the different empirical claims and value judgments relevant to each perspective. Backlash is based on the claim that society disadvantages men rather than women. Gender is seen as political and as requiring a collective, anti-feminist politics. Postfeminism is a fundamentally ambivalent perspective that assumes that gender equality has already been (mostly) achieved. Some feminist ideas are taken for granted, while feminism itself is cast as anachronistic. Gender is depoliticized and feminism becomes an individual lifestyle choice. Finally, feminism, like backlash, assumes that significant gender inequalities exist in contemporary society but sees women as the disadvantaged group. Here, gender is politicized, and gendered inequalities necessitate a collective feminist politics. To illustrate the different perspectives articulated by men’s rights groups, I discuss UK fathers’ rights group (Real) Fathers 4 Justice, arguing that they alternate between postfeminist and backlash narratives.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0235
Print ISSN
0832-8781
Pages
pp. 18-44
Launched on MUSE
2016-04-20
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.