Measuring perceived morphological relatedness
Abstract

This paper provides a metric for determining whether a given pair of English words is perceived to be morphologically related, based on objective measurements of the words’ orthographic, phonetic, and semantic similarity to each other. The metric is developed on the basis of results from a behavioural study in which participants were asked to judge the relative similarity of pairs of words. The metric is intended to help researchers determine which forms in a language plausibly have segments that alternate; as an example, it is applied to the lexicon of English to illustrate its utility in calculating the frequency of alternation of [s] and [ʃ].

Cet article propose une méthode pour déterminer si deux mots anglais sont perçus comme étant morphologiquement reliés. Cette méthode est fondée sur des mesures objectives, comme des similitudes orthographiques, phonétiques et sémantiques. L’approche est issue des résultats d’une étude behaviorale où les participants ont jugé la similitude relative d’une paire de mots. Cette méthode a pour but d’aider les chercheurs à déterminer quelles formes dans une langue donnée ont plausiblement des segments qui alternent ; comme exemple, nous appliquons la méthode au lexique de l’anglais pour illustrer son utilité dans le calcul de la fréquence de l’alternance de [s] et [ʃ].


pdf