In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • Une nouvelle universalité pour la langue française
  • Bernard Cerquiglini (bio)

Dans l’Encyclopédie Méthodique (celle de Panckoucke), Nicolas Beauzée (qui n’est pas n’importe qui; il a rédigé bon nombre d’articles de grammaire pour l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert) écrit:

Si quelque autre langue que la latine devientjamais l’idiome commun des savants del’Europe, la langue françoise doit avoirl’honneur de cette préférence; elle estdéjà le suffrage de toutes les Cours, oùon la parle presque comme à Versailles.[….] L’académie de Berlin, frappée de cephénomène, vient de proposer un prix pouren connoistre les causes; et un françois, M.de Rivarol, a remporté ce prix, doublementhonorable pour notre nation.

Nicolas Beauzéé, article «Langue», Encyclopédie Méthodique (Paris: chez Panckoucke, 1786) 2:422. [End Page 708]

Aimable temps, où l’on pouvait en toute innocence envisager avec calme l’essor hégémonique du français (de la langue des cours à celle des savants; on sait la primauté que l’anglais a acquise depuis); restreindre son horizon intellectuel à l’Europe (la science est aujourd’hui mondiale); confondre un idiome et un peuple: «ce prix doublement honorable pour notre nation» signifie que la langue française est identifiée à la France (or on parle français aujourd’hui davantage hors des frontières de l’hexagone); énoncer enfin de gratifiantes contrevérités.

Se satisfaire, surtout, d’un récit dont les Français, depuis, se délectent. Le voici:

«En 1783, l’Académie de Berlin, rendant les armes, mit au concours les raisons de l’évidente «universalité» de la langue française.

Qu’est-ce qui a rendu la langue française universelle? Pourquoi mérite-telle cette prérogative? Est-il à présumer qu’elle conserve?

Puis elle couronna un Français, Antoine de Rivarol, pour l’essai brillant qu’il avait soumis au jury.»

Tout dans cette histoire est aussi factice que la particule de Rivarol. Depuis 1746 l’Académie prussienne était dirigée par des Français. Ce concours est une complaisance: le triple questionnement, qu’un Français a évidemment énoncé, présupposait l’universalité européenne de la langue française; les questions portaient sur les causes et la pérennité de ce privilège.

Au rebours de ce que déclare Beauzée et de ce que l’on n’a cessé de répéter après lui, ce prix, M. de Rivarol l’a partagé. Et circonstance aggravante: avec un Allemand.

Le prix de Berlin fut en effet attribué ex aequo. Il couronna d’une part la brève dissertation d’Antoine de Rivarol.

Son essai était incomplet (il ne répondait pas à la troisième question) mais brillant, enchaînant les maximes («ce qui n’est pas clair n’est pas français») et au total assez superficiel. Rivarol avait signé une piquante synthèse des lieux communs contemporains sur le français: ordre naturel, clarté, rigueur syntaxique, etc. Observons que Rivarol développe deux notions liées: cette universalité est exclusive (une seule langue domine et doit dominer) et ontologique. Car le français est parfait («ce n’est plus la langue française, c’est la langue humaine»), toutes les autres langues lui étant inférieures, par principe et par nature. Cette supériorité intrinsèque est donc éternelle; on comprend que notre homme n’ait pas daigné répondre à la troisième question.

On attribua le premier prix d’autre part à la longue dissertation de Johann Christoph Schwab. Ce texte solide et savant répond de [End Page 709] façon argumentée aux trois questions; notons que pour la dernière il envisage à terme un essor de l’anglais parlé aux Etats-Unis: intéressante prescience.

La thèse de Schwab n’est pas ontologique mais historique et géopolitique. L’universalité européenne actuelle de la langue française tient pour lui aux victoires de Louis XV, à la grandeur des écrivains (Voltaire, Encyclopédistes, etc.), au succès et aux découverte de ses savants. Dans une note...

pdf

Additional Information

ISSN
1080-6598
Print ISSN
0026-7910
Pages
pp. 708-712
Launched on MUSE
2016-02-25
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.