Abstract

Critics often read Trailer Park Boys’s presentation of white trash images as evidence of its rejection of traditional markers of Nova Scotian identity. This essay examines the way in which the work of contemporary literary, historical, and cultural studies scholars on white trash interacts with some of the themes and images present in Trailer Park Boys; this essay focusses on understanding how these ideas circulate in contemporary Nova Scotia. With anxieties surrounding race in Halifax and Nova Scotia as a backdrop, Trailer Park Boys constructs an organic community rooted in images of white trash culture.

Abstract

Les critiques perçoivent souvent la représentation du white trash (littéralement « déchet blanc » – un terme désignant à l’origine la population blanche pauvre) dans la série Trailer Park Boys comme une preuve de son rejet des balises traditionnelles de l’identité néo-écossaise. Le présent article examine comment les travaux d’universitaires des études littéraires, historiques et culturelles contemporaines sur le sujet du white trash sont connectés avec certains des thèmes et des images présentés dans la série Trailer Park Boys. Cet article essaie de mieux faire comprendre comment ces idées circulent dans la Nouvelle-Écosse contemporaine. Alimentée par l’anxiété qui sous-tend les liens raciaux à Halifax et en Nouvelle-Écosse, la série Trailer Park Boys conceptualise une communauté organique ancrée dans des images de la culture du white trash.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0251
Print ISSN
0021-9495
Pages
pp. 180-204
Launched on MUSE
2016-02-26
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.