In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • La Destruction des genres: Jane Austen et Madame d’Epinay by Jérémie Grangé
  • Guyonne Leduc (bio)
La Destruction des genres: Jane Austen et Madame d’Epinay par Jérémie Grangé Paris: Honoré Champion, 2014. 336pp. €60. ISBN 978-2-7453-2654-6.

Issu d’une thèse de doctorat soutenue, en 2008, à l’université de Lorraine, alliant érudition et habileté, cet ouvrage de littérature comparée établit un rapprochement intéressant et fécond entre—pour suivre l’ordre achronologique surprenant du titre—Jane Austen (1775–1817) et Louise d’Epinay (1726–1778), c’est-à-dire entre les huit romans de la première, parus à partir de 1811, d’un côté, et l’ « autofiction » (33) épistolaire romancée (« mélange des genres » [33], donc), Histoire de Madame de Montbrillant (non publié du vivant de l’écrivaine), de l’autre. L’épistolarité unit, on le sait, ces deux autrices, puisque « Elinor and Marianne » (1795) fut l’Ur-text épistolaire de Sense and Sensibility (1811) et « First Impressions » (1797), celui de Pride and Prejudice (1813). En outre, maints textes de jeunesse de Jane Austen, rassemblés sous le titre Juvenilia (dont nulle référence n’est indiquée ici dans la bibliographie sélective) consistaient en des pastiches épistolaires.

Divisée en trois parties, chacune elle-même composée de trois chapitres, selon la méthode des thèses françaises qui n’est pas ici artificielle, cette étude suit une démarche méthodique et logique, allant de l’examen critique de l’existant (Partie 1: « Au-delà des genres: Jane Austen, Madame d’Epinay et la critique du roman sentimental [“novel of sensibility”] » [19–67]) à l’écriture de soi (Partie 2: « Prémisses à l’expression de soi » [65–178]) pour finir par une question (Partie 3: « L’Indépassable Insatisfaction? » (181–309]).

Un point d’interrogation, qui laisse la démonstration ouverte, aurait peut-être été bienvenu dans le titre-même de l’ouvrage, La Destruction des genres (genres littéraires, bien sûr), plutôt que d’afficher une affirmation bien péremptoire qui, au demeurant, ne correspond pas tout à fait aux conclusions tirées par l’auteur. D’ailleurs, le sous-titre originel de la thèse était éclairant et pertinent: « L’Échec de la transgression ».

En effet, Jérémie Grangé qualifie Jane Austen et Louise d’Epinay d’« héritières et exploratrices, garantes d’une certaine tradition en même temps que prudentes contestataires » (31). Prises dans une double contrainte (« refus définitif à [sic] l’adhésion » et « impossibilité à [sic] s’affranchir de cette source encombrante » [7]), elles auraient emprunté une troisième voie, une voie médiane, « the golden mean » typique du xviiie siècle britannique au moins, qui serait un « courant inabouti, avorté, en tous cas en marge des canons institutionnalisés » (31). [End Page 406]

Ce que ni Jane Austen ni Louise d’Epinay, qui, au passage, ne s’adressent pas à un lectorat similaire (il importerait de le souligner dès la page 10), n’auraient pas réussi à accomplir, selon l’auteur—« l’on n’y discerne ni benoîte adhésion, ni franche mise en marge de la communauté générique » (32)—Mary Wollstonecraft, serait, semble-t-il, parvenue à l’exprimer par une « écriture de la révolte » (297), qui « [figure] les impasses du discours féminin » (65). L’autrice de la Vindication of the Rights of Woman (1792), il ne faut pas l’oublier, critique, sans stratégie fictionnelle ou ironique d’indirection, la situation des femmes issues des couches moyennes (« woman » et non « lady »).

Comme en attestent les titres des Parties, chapitres et sous-rubriques, l’auteur évite le piège de l’étude de Jane Austen, puis de celle de Mme d’Epinay, de l’examen de chacun des romans de manière juxtaposée. Des allers-retours entre autrices, entre des romans de l’une et l’œuvre de l’autre, des analyses de points communs, de rapprochements et de différences nourrissent cet ouvrage qui combine, dans la meilleure tradition universitaire, microlectures minutieuses (« close reading ») et synthèses éclairantes.

Le propos est servi...

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0243
Print ISSN
0840-6286
Pages
pp. 406-407
Launched on MUSE
2015-12-30
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.