In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • Introduction – Géographies de la promesse et de la trahison :le sol et le lieu dans les études sur les États-Unis
  • Art Redding

Chacuneà sa façon, lesétudes publiées dans ce numéro spécial de la Canadian Review of American Studies témoignent du danger, du potentiel et de la nécessité d’« esthétiser » les topographies sociales étatsuniennes en pleine mutation. La concentration dans les villes de populations immigrantes et rurales au cours la deuxième moitié du 19e siècle, par exemple, a exigé le développement de nouvelles pratiques et de nouvelles perceptions des affects du lieu, de nouvelles somatisations des langues vernaculaires et de nouvelles phénoménologie discursives, de nouveaux styles et d’une habituation capable d’absorber les chocs de la nouveauté et de les intégrer aux récits mythologiques plus vénérables du républicanisme de frontière et de l’exceptionnalisme américain. De manière plusévidemment destructrice, sans doute, mais non moins dynamique, le démantèlement postindustriel des garanties du « lieu » oblige les chercheurs, les artistes, les activistes, les travailleurs de la culture de tous horizonsà mettre en cause, une fois encore, les terrains et territoires instables de l’identité étatsunienne, en réfléchissant à ces questions que nous avons soulevées au moment de préciser les thèmes du colloque de 2012 de la Canadian Association of American Studies sur le lieu et l’espace dans les études sur les États-Unis : Qu’est-ce qui fait qu’une maison devient un foyer? Qu’est-ce qui fait d’une maison un bon investissement? Qu’est-ce qui fait éclater une « bulle » immobilière?À qui « appartiennent » les rues? L’eau? La terre? Qu’est-ce qui fait que cette terre est vôtre, [End Page 274] mienne ou nôtre, de la Californie à l’ile de New York, ou au-delà? Comment « occupe-t-on » Wall Street? Comment peut-on « marcher pour la cause »? Comment le sol, la terre et le terrain sont-ils compris et utilisés? Quels sont les débats, les discours et les pratiques spatiales ayant défini la culture et la société étatsuniennes dans le passé, et comment, aujourd’hui, sont-ils en train de se transformer?

Les mythologies et les récits qui caractérisent les États-Unis reposent traditionnellement sur la disponibilité supposée de l’espace (la théorie de la frontière) et sur une identité qui se manifeste habituellement par l’occupation, l’assujettissement, la conquête ou la domination de l’espace – et il en va de même de nos manières de comprendre. Dans Critical Regionalism (2007), Douglas Reichert Powell indique que « les “sentiments” du lieu et du terroir ne sont pas tant des qualités essentielles transmises par des évènements précis, des façons de faire ou des particularités topographiques que des débats et des discours continus s’agglutinant autour d’espaces géographiques précis » [‘senses’ of place and region are not so much essential qualities, imparted by singular events, practices, or topographical features, as they are ongoing debates and discourses that coalesce around particular geographical spaces (14)]. Et, bien que le terme « esthétiser » soit souvent un raccourci pour dénigrer les tentatives d’escamotage ou de « mise en beauté » de dures réalités, ou pour déclasser la souffrance et les luttes sociales, la production communautaire d’un « sentiment » dans l’espace et le temps est une pratique essentiellement esthétique; par conséquent – et les études que nous lisons ici nous en convainquent – les appréciations politiques des énigmes que soulèvent les jumelles du capitalisme classique et récent, vitalité et dévastation, comme les réactionsà leurégard, ne peuvent être dissociées de l’« esthétique » – quels que soient les efforts en ce sens des sociologues de la ligne dure.

En effet, d’après l’idée émise avec insistance par Henri Lefebvre, selon laquelle l’espace lui-même est une production sociale (et non un simple arrière-plan), le travail esthétique a pour effet de nous situer sur...

pdf

Additional Information

ISSN
1710-114X
Print ISSN
0007-7720
Pages
pp. 274-277
Launched on MUSE
2015-12-20
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.