In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • L’épreuve de l’argent. Banques, banquiers, clients by Jeanne Lazarus
  • Claire Lemercier
Jeanne Lazarus L’épreuve de l’argent. Banques, banquiers, clients Paris, Calmann-Lévy, 2012, 418 p.

Cet ouvrage de sociologie issu d’une thèse n’en porte aucunement les stigmates: dans un style particulièrement clair, il brosse un portrait très ample de la relation bancaire dans la France contemporaine. Il la situe en outre dans une perspective historique (fondée sur une étude fine de la presse professionnelle et consumériste) qui commence par la bancarisation, à la fin des années 1960, c’est-à-dire l’ouverture, dans un court laps de temps, d’un compte en banque par la grande majorité des particuliers. Si c’est bien de «relation bancaire» qu’il est question, c’est que Jeanne Lazarus s’est attachée à saisir, notamment par l’observation, toute une gamme d’interactions entre banquiers et clients. Pour autant, ainsi que le souligne le sous-titre, la banque, comme organisation et même comme institution, est toujours présente: l’auteure ne s’en tient pas à une analyse locale qui extrairait ces interactions de leurs contextes. À cet égard, l’ouvrage illustre l’intérêt tant empirique que théorique de la sociologie de Luc Boltanski, dont les principaux attendus sont rappelés en introduction.

Un des résultats les plus forts de l’analyse est ainsi la définition de quatre figures possibles du banquier dans ses interactions avec la clientèle des particuliers. Le commerçant se situe dans un registre contractuel d’interaction; c’est la figure qui est le plus promue pendant les formations des employés de banque, et qui apparaît comme celle de la modernité dans la presse professionnelle. Pour autant, J. Lazarus montre que du point de vue des clients, mais aussi des banquiers, il est difficile d’envisager des interactions qui ne mobilisent que cette figure; plus exactement, elles ne sont possibles que pour certains types de clientèle et de transactions.

Le reste du temps, des compromis avec des figures complémentaires se révèlent indispensables. Il s’agit du juge (en fait, plutôt une sorte de policier), qui rappelle à la légalité, mais aussi à certaines normes sociales de gestion; du conseiller, qui se présente comme plus indépendant de la banque, dont les recommandations peuvent déborder de l’économique vers l’intime et qui de ce fait peut aussi être un repoussoir paternaliste; enfin, du sauveur, porteur de solutions plus globales et plus personnalisées, qui n’apparaît que rarement mais constitue l’horizon d’attente de certains clients. À chaque figure correspond une épreuve que doit surmonter le client pour la faire advenir, d’ordre plus ou moins technique et plus ou moins moral.

Cette grille permet une lecture particulièrement convaincante des résultats empiriques (quand l’auteure la perd de vue, dans les chapitres trois ou sept, le propos perd d’ailleurs en fluidité). Elle appuie aussi la thèse d’ensemble du livre selon laquelle les banques ne sont (toujours) pas des commerces comme les autres, car elles sont aussi perçues comme des institutions: des sortes de services publics, voire de quasi-administrations encadrant la [End Page 273] population. Sur ce point, l’auteure ne cède pas au présentisme: il s’agit moins d’un mouvement historique de l’institution vers le commerce que d’une tension intrinsèque à l’activité bancaire – on pense ici, même s’il n’est pas cité, aux «deux rêves du commerce» de Jean-Pierre Hirsch1.

Tout cela donne envie de tester le caractère heuristique de la grille de lecture sur des relations bancaires (voire avec d’autres manieurs d’argent ou de crédit, tels que les notaires) d’un passé plus lointain – et donc touchant un public un peu différent, des particuliers suffisamment riches ou des sociétés. Certes, adopter un angle relationnel n’a rien de nouveau pour l’histoire moderne, voire ancienne et médiévale, du commerce et du crédit, mais les propositions précises de J. Lazarus pourraient y ajouter...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 273-274
Launched on MUSE
2015-11-14
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.