In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Les entreprises de biens de consommation sous l’Occupation dir. by Sabine Effosse, Marc de Ferrière Le Vayer et Hervé Joly
  • Marie-Emmanuelle Chessel
Sabine Effosse, Marc de Ferrière Le Vayer et Hervé Joly (dir.) Les entreprises de biens de consommation sous l’Occupation Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2010, 347 p.

Il peut paraître étonnant de s’intéresser aux industries de biens de consommation pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans une économie de rationnement ou de crise, l’étude des pratiques de marché noir, des dons ou des échanges pourrait sembler plus pertinente que celle de l’économie formelle. Par ailleurs, il est légitime de s’interroger sur la forme, a priori un peu austère, qui consiste à passer en revue chaque filière correspondant peu ou prou à un produit de consommation particulier. C’est pourtant le choix fait dans cet ouvrage issu d’un colloque, qui est divisé en une vingtaine de chapitres. Même s’il est exigeant envers son lecteur – qui aurait apprécié quelques morceaux de synthèse–, il est très instructif sur la vie des entreprises, mais aussi sur les consommateurs sous l’Occupation. Les articles s’appuient le plus souvent sur des sources riches, issues des archives administratives, parfois des archives d’entreprises ou des archives orales.

Le premier apport de l’ouvrage concerne la vie des entreprises sous l’Occupation, objet du projet plus large dans lequel s’inscrivent le colloque et le livre1. Il complète à cet égard d’autres travaux qui posent la question des comportements des patrons durant cette période (comme ceux de Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera). Il montre à quel point la vie des entreprises est marquée par des conditions d’approvisionnement difficiles. Par exemple, les mécaniciens n’ont plus de travail puisqu’il n’y a plus de carburant, tandis que les fabricants de savon n’ont plus de gras. Les pénuries concernent les matières premières mais aussi la main-d’œuvre, et ce dans quasiment tous les secteurs. De même, l’activité est marquée par une forte réglementation, concernant notamment le «rationnement» mais aussi la structuration de chaque filière autour des comités d’organisation.

L’ouvrage insiste sur les pratiques de «débrouille» mises en œuvre par les producteurs. Signalons la pratique de la «soulte» (autrement dit des pots-de-vin) dans l’ensemble de l’économie, qui consiste à contourner le blocage des prix en imposant au vendeur une somme supplémentaire par rapport au prix facturé, versé de la main à la main. Elle engendre des doubles comptabilités dont on a retrouvé des traces (sur des petits cahiers ou des systèmes plus sophistiqués). D’autres pratiques de «débrouille» apparaissent du côté des artisans. Certains créent des savons, d’autres fabriquent ou réparent des vélos, des pneus, des parapluies ou des stylos. Tous prolongent la vie des objets, ce qui s’inscrit dans une historiographie s’intéressant au cycle ou à la durée de vie de ces mêmes objets2. Ce brouillage des frontières entre producteurs et consommateurs donne à réfléchir. Le marché noir est relativisé dans la mesure où il touche une petite minorité de la population, la majorité ne possédant pas d’objets à céder et dépendant du système du ravitaillement mis en place dès septembre 1940 et étendu par la suite.

Le deuxième apport du livre concerne précisément l’histoire des consommateurs. D’abord, l’occupant allemand est repensé comme un consommateur essentiel. Certains produits, consommés par les Allemands – que ce soit sur le sol français ou germanique–, prennent une valeur particulière. C’est le cas des conserves de poisson, du vin (consommé [End Page 270] sur place ou envoyé outre-Rhin), de l’eau en bouteille – dont les Allemands sont de grands consommateurs–, ou encore des bottes, marché de niche florissant. Quand un produit est consommé en grande quantité par les Allemands, non seulement cela crée un débouché mais cela favorise le fonctionnement de la fili...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 270-271
Launched on MUSE
2015-11-14
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.