In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Les Italiens en Dauphiné à la fin du Moyen Âge. Crédit, finance et pouvoir by Diego Deleville
  • Claude Denjean
Diego Deleville Les Italiens en Dauphiné à la fin du Moyen Âge. Crédit, finance et pouvoir Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2012, 472 p. et 16 p. de pl.

D’étrangers migrants résidants venus d’Italie, parfois passés par la Savoie, les «Lombards» ou les «Florentins» finissent par perdre leur statut d’«hôtes» pour devenir des «Dauphinois», selon le récit d’une intégration ou d’une assimilation réussie. Dans cet ouvrage issu d’une thèse, l’auteur décrit l’immigration des Italiens en Dauphiné, constitutive d’un groupe fort «disparate» mais formé surtout de mercatores, des marchands qui sont aussi prêteurs ou banquiers et hommes d’affaires. Cette histoire commence au xiiie siècle lors de l’essor économique «assez tardif» du Dauphiné, au moment où le dauphin, renforçant son pouvoir centralisateur et modernisateur, a, avec la noblesse dauphinoise, d’importants besoins de crédit. C’est la période des franchises dauphinoises puis de la naissance de la fiscalité. Ces hommes d’affaires sont à la fois attirés et contrôlés, voire réprimés, par le pouvoir soucieux de lutter contre l’usure.

Ce tableau classique peut être peint grâce à des sources riches dont l’auteur ne souligne pas les caractéristiques pourtant spécifiques. Il affirme néanmoins implicitement leur importance puisque ce joli livre présente en filigrane sur la couverture un texte des archives départementales de l’Isère où se lit sous le titre le mot «lumbardorum». L’essentiel de l’information provient des actes de la série B, en particulier de la sous-série 8B et des comptes de châtellenies qui sont abondants dans ces régions. Cependant, le chercheur a omis de préciser qu’il s’agit (l’on suppose) des archives départementales de l’Isère (du Conseil delphi-nal après 1337, des bailliages, de la chambre des comptes?), des Hautes-Alpes (des bailliages et des juridictions?), et de la Drôme (des bailliages et notaires à partir de 1341?). Il ne donne aucune précision sur la conservation des actes notariés qu’il évoque pourtant çà et là. Bref, le lecteur en est réduit à des supputations en cette matière essentielle. Il est également privé de toute réflexion sur le corpus, de toute critique des sources, et donc limité pour opérer une comparaison équilibrée avec d’autres études.

Cet oubli ne semble pas accidentel, ce qui laisse perplexe: pas de paragraphe sur la documentation, pas ou peu de réflexion sur la place et le sens des informations collectées, ainsi que sur les lacunes éventuelles. La lecture laisse parfois l’impression que ces Italiens du Moyen Âge pourraient avoir vécu à n’importe quelle période. Les comptes témoignent-ils simplement d’une «modernisation» de l’administration? Sans doute, le texte le montre, le travail a-t-il principalement porté sur l’analyse des chartes de franchises, des comptes de bailliages et de judicatures d’Embrun et de Briançon, mais aussi et surtout sur de nombreuses comptabilités qui sont, elles, localisées précisément. Les dépouillements ont-ils été exhaustifs ou des choix ont-ils été opérés? L’on comprend, s’agissant de sources sérielles, l’attention bienvenue aux inflexions du vocabulaire ou de l’anthroponymie qualifiant des étrangers. L’on apprécie le traitement cartographique, qui reste cependant un simple outil de localisation alors que la chronologie de l’essor et du déclin des casane, les maisons de prêt des Lombards, aurait pu s’y lire par exemple. Mais l’on s’étonne du petit nombre – deux – de graphiques, qui présentent en outre des données limitées. L’auteur parle de «réseaux» sans véritablement réfléchir à cette notion ni utiliser les outils de représentation qu’elle offre, alors qu’ils sont aujourd’hui largement vulgarisés.

Un dernier témoignage dit la nature de l’ouvrage: les chapitres...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 238-239
Launched on MUSE
2015-11-14
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.