In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Expropriations et confiscations dans les royaumes barbares. Une approche régionale dir. by Pierfrancesco Porena et Yann Rivière
  • Charles Mériaux
Pierfrancesco Porena et Yann Rivière (dir.) Expropriations et confiscations dans les royaumes barbares. Une approche régionale Rome, École française de Rome, 2012, viii- 350 p.

Ce volume rassemble des communications présentées à Rome lors de rencontres tenues en 2009 et 2010, dont l’objectif était d’examiner à nouveaux frais la question centrale de l’installation des peuples germaniques dans l’Empire romain. Sur un terrain miné par une documentation d’interprétation délicate et une historiographie foisonnante et contradictoire, les organisateurs ont privilégié une approche régionale. Pour résumer, la discussion reste souvent bloquée au point de savoir si les populations germaniques ont bénéficié, de la part des autorités romaines, du régime d’hospitalité traditionnel (qui prévoit seulement l’hébergement des troupes), si elles ont reçu des propriétés foncières (voire s’en sont emparées de force), ou si elles ont seulement touché les revenus fiscaux dont ces propriétés constituaient l’assiette. Des réponses apportées à ces questions découle plus généralement l’opinion que l’on peut tirer de cette période, entre confrontation brutale entre Romains et Barbares et «compromis» – pour reprendre le titre du livre de Walter Goffart1.

Seule une partie des contributions se focalise sur cette question centrale de l’installation matérielle des Barbares au ve siècle. D’autres ont adopté des perspectives un peu différentes, mais toujours éclairantes. Wolfgang Liebeschuetz se livre ainsi à l’examen de l’habitus barbarus dans les derniers siècles de l’Empire. En parcourant notamment les témoignages d’Ambroise de Milan, de Victor de Vita, de Sidoine Apollinaire et d’Ennode de Pavie, il conclut certes que la description physique et vestimentaire du Barbare par les Romains véhiculait une part de topoi sans grand rapport avec la réalité, mais il souligne aussi la volonté des Barbares de ne pas se fondre dans un habitus romanus qui aurait fait disparaître leur identité, leur visibilité, et donc leur capacité à peser comme groupe sur la société et les instances dirigeantes romaines. De même Stefan Esders examine-t-il la question des privilèges de confirmation concédés [End Page 221] par les souverains barbares, particulièrement les rois mérovingiens, dont il trouve les origines dans la délégation des droits et des revenus fiscaux qui existait déjà dans le droit romain. Si la royauté franque a maintenu cette pratique juridique, c’est bien parce qu’elle considérait que les terres et les revenus n’avaient été en aucune manière obtenus hors du cadre juridique romain.

La question de la confiscation se trouve posée différemment et déplacée chronologiquement par Bruno Dumézil et Pablo Díaz dans deux contributions aux conclusions convergentes. L’un et l’autre examinent la pratique de ce que le premier appelle la «confiscation punitive», prononcée par les rois mérovingiens et wisigoths, qu’ils mettent en relation avec la diffusion du Bréviaire d’Alaric, ou Loi romaine des Wisigoths. Ils insistent cependant sur l’usage nouveau de cette pratique dans un contexte très différent de celui de l’installation des peuples germaniques au ve siècle. Pour les royautés barbares des vie-viie siècles, il s’agit désormais de réguler les compétitions aristocratiques et de pallier un système fiscal défaillant. En Gaule mérovingienne, la disparition de la confiscation dans la seconde moitié du viie siècle témoignerait même du profond affaiblissement du pouvoir royal en même temps que du développement, par les familles aristocratiques, de nouvelles stratégies pour s’en protéger. Ce faisant, ces deux contributions s’écartent sensiblement de celles qui envisagent le phénomène un siècle plus tôt sous l’angle des modalités d’installation des peuples barbares dans l’Empire et de...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 221-223
Launched on MUSE
2015-11-14
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.