In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • À contre-science. Politiques et savoirs des sociétés contemporaines by Dominique Pestre
  • Grégory Quenet
Dominique Pestre À contre-science. Politiques et savoirs des sociétés contemporaines Paris, Éd. du Seuil, 2013, 250 p.

Ce livre suit deux fils directeurs. Le premier est un retour sur quarante ans d’existence des science studies par un des meilleurs connaisseurs du domaine. L’institutionnalisation et la réussite académique de ce champ de recherche font que les concepts et positions théoriques sur la science qui sont discutés ici (postulats de symétrie, analyse de controverse, suivi des acteurs) seront familiers à un certain nombre de lecteurs. Ainsi n’est-on pas étonné en lisant que « la question centrale de ce livre est d’interroger la manière dont travaillent les sciences, de dire ce que les sciences et les techniques font aux univers sociaux et productifs, mais encore ce que les sociétés font aux sciences et aux objets techniques ». Cette familiarité est cependant trompeuse car le second fil directeur, celui qui structure le livre et le rend extrêmement stimulant, consiste à soumettre les différentes propositions des études sur les sciences à l’épreuve des systèmes de savoir des sociétés modernes en manipulant deux focales : le temps long qui fait se succéder de vastes dynamiques et le temps court qui voit naître des recompositions et des divergences de la recherche académique. Le lecteur doit donc être attentif à la manière dont ces deux niveaux d’analyse dialoguent et s’informent l’un l’autre constamment, la montée en généralité des « régimes de sciences en société et de sociétés en science » servant à révéler ce qui échappe [End Page 537] au tamis des science studies, ou tout au moins de certains courants. Loin d’être une présentation des principes et méthodes des études sur les sciences, ce livre porte donc sur les points saillants, les inflexions, les chemins qui bifurquent.

La thèse de l’ouvrage peut se résumer ainsi. Nous sommes arrivés aujourd’hui à une nouvelle phase des science studies, fondée sur des lectures plus globales et différenciées, à une nouvelle complexité procédant de la recomposition des rapports entre politiques et savoirs. Ou, pour le dire de manière plus précise du point de vue historiographique, « il convient d’abandonner, en termes de principe, l’idée d’un privilège des microanalyses et reprendre pour eux-mêmes les problèmes propres que posent les temporalités longues et la question des dominations organisées et systémiques » (p. 201). Dans ce livre qui se revendique explicitement comme politique, Dominique Pestre prend ses distances avec des approches qu’il juge heuristiquement fécondes, mais au prix d’une perte de complexité, et surtout politiquement discutables car du côté des vainqueurs. À un monde d’hybridation, de plurivers, d’individus, fait d’interactions, pour faire bref celui de Bruno Latour et des latouriens, il oppose un monde prenant en compte les limites à la capacité d’action, les déterminations fortes, les asymétries, la programmation qu’opèrent les formes économiques et le pouvoir politique. Plutôt que la recherche d’un système et la réduction à un niveau fondamental d’interprétation, il préfère une somme de constructions locales plus ou moins articulées entre elles, ce qui le conduit à prendre ses distances avec une approche du social par des ontologies hégémoniques (les acteurs contre les institutions par exemple).

Son raisonnement se déroule en trois parties. La première porte sur les logiques scientifiques qui, à partir des pratiques concrètes, délimitent la manière dont les sciences se déploient en société, agissent lorsqu’elles sortent du laboratoire et sont prises en compte dans les grandes questions économiques, politiques et sociétales. Les principales notions mobilisées sont les pratiques et usages de la preuve dans les communautés savantes, le déploiement du travail expérimental dans des espaces sociaux et physiques, la part d’ignorance produite par les savoirs. Forte de ces outils...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 537-539
Launched on MUSE
2015-11-08
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.