In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Histoire et mémoires, conflits et alliance by Philippe Joutard
  • Sarah Gensburger
Philippe Joutard Histoire et mémoires, conflits et alliance Paris, La Découverte, 2013, 341 p.

Depuis maintenant plus d’une trentaine d’années, la question de la mémoire connaît un véritable boom tant dans le champ académique que dans l’espace public. Il est aujourd’hui impossible à un chercheur, qu’il soit historien, sociologue ou anthropologue, de prendre connaissance, de manière systématique, de l’ensemble des publications sur le sujet. Tandis que les études de cas sont sans cesse plus nombreuses, les approches théoriques se succèdent sans forcément parvenir à la production d’un savoir cumulatif sur un phénomène social qui reste encore largement inexpliqué. Afin de résoudre cette difficulté, manuels, recueils de textes et autres ouvrages de synthèse se multiplient depuis 2008 chez les éditeurs américains, anglais et allemands1. Dans un paysage français encore timide en la matière, l’ouvrage de Philippe Joutard fait figure de pionnier. Avec un style clair, il parvient à aborder les principaux débats structurant un champ qui s’institutionnalise actuellement sous l’étiquette de memory studies2. Il s’avère un outil précieux pour l’étudiant ou le chercheur qui souhaiterait s’initier à ce champ de recherche.

À cet égard, le résultat dépasse largement la perspective strictement historiographique. Spécialiste reconnu de l’histoire orale, P. Joutard parle certes en historien mais également en lecteur d’autres disciplines susceptibles d’enrichir sa perspective, telles la sociologie et l’anthropologie. Nourrie d’une bonne connaissance des situations nord-américaines, cette posture sensiblement décalée l’amène à revenir de manière parfois critique sur des canons de l’histoire de la mémoire. Présentant l’aventure intellectuelle des « lieux de mémoire » portée par Pierre Nora, il conclut en ces termes : « il est vrai que le maître d’œuvre eut parfois de la peine à faire comprendre à certains auteurs la notion d’histoire au second degré et que les études de terrain sur l’écho de telle ou telle pratique mémorielle sont rares » (p. 187).

C’est donc en historien « modeste », comme il le formule lui-même, qu’il dresse le constat des limites de nombreux travaux : « Qu’il le veuille ou non, l’historien a les plus grandes [End Page 525] difficultés à se séparer du pouvoir et des élites, particulièrement en France, ne serait-ce qu’en raison de la nature de la plupart des sources écrites, y compris aujourd’hui dans l’étude de la mémoire. Il lui paraît plus facile et plus habituel de percevoir la mémoire officielle, dominante, celle, très visible, qui s’inscrit dans l’espace ou le temps. Mais quelles sont l’efficacité et la profondeur de la réception? Dans quelle mesure peut-on parler d’une mémoire partagée en tenant compte des divers groupes qui composent une société? » (p. 271).

À ces questions, l’auteur fournit certaines réponses tout en appelant à davantage de recherches. Sans surprise, c’est d’abord du côté de l’histoire orale, et dans une moindre mesure de la sociologie, qu’il les trouve. Dans un chapitre au titre explicite, « Une histoire orale contestée qui affirme son originalité », il détaille ainsi plusieurs enquêtes qui mettent au jour l’absence, parfois totale, de références à la vie politique et culturelle nationale dans les récits individuels, et ce au point d’inviter à « relativiser le poids de l’histoire » (p. 160). Fort de cette pratique du changement d’échelle et du croisement des points de vue, il porte ensuite un regard décalé sur ce que d’aucuns qualifient aujourd’hui d’« inflation mémorielle », inflation qui serait imputable aux diverses pressions communautaires.

Et P. Joutard d’historiciser la mémoire pour prendre un recul salutaire : « Il faut bien reconnaître que l’histoire et les historiens sont soumis à rude épreuve par les injonctions permanentes des différentes institutions de l’État. On invoque en effet traditionnellement le militantisme...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 525-527
Launched on MUSE
2015-11-08
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.