In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • The Oxford History of Historical Writing, vol. 2, 400-1400 ed. by Sarah Foot et Chase F. Robinson
  • Pierre Courroux
Sarah Foot et Chase F. Robinson(éd.) The Oxford History of Historical Writing, vol. 2, 400-1400 Oxford, Oxford University Press, 2012, XXII- 646 p.

Ce volume est le deuxième d’une histoire de l’écriture historique de l’Antiquité à nos jours qui en comprend cinq. Il est consacré à la période allant de 400 à 1400, c’est-à-dire approximativement ce que nous nommons le Moyen Âge. Ce terme n’a pourtant pas été retenu par les éditeurs qui veulent s’écarter d’une vision trop eurocentrique. Le volume, qui se situe dans la lignée d’une world history très vivante dans les pays anglophones mais encore trop souvent négligée en France, présente de manière exemplaire tout ce que cette démarche globale peut apporter, mais aussi certaines de ses limites.

Composé d’articles rédigés par des spécialistes de différentes aires culturelles, l’ouvrage n’a pas pour but de constituer une encyclopédie exhaustive. Il surprend du moins le lecteur par la variété des modalités de l’écriture historique autant que par la somme de savoirs accumulés. Les rapprochements entre les différentes contributions permettent de souligner l’existence de certaines grandes aires culturelles dans lesquelles la religion et les structures politiques confèrent des traits particuliers à l’écriture historique. Ils soulignent également qu’il est impossible de parler d’historiographie médiévale tant chaque pays et chaque époque ont adapté les formes et le contenu de l’écriture historique selon leurs attentes.

La comparaison est implicite dans la première partie, qui traite successivement de chaque aire culturelle; elle est ensuite explicite, puisque le livre se conclut par une série d’essais sur les caractéristiques de plusieurs sous-genres historiques (histoire universelle, locale, religieuse…) dans diverses cultures. Ces essais révèlent une première limite de la world history. Ils ne comparent bien souvent que deux ou trois aires culturelles, qui sont toujours l’Occident, la Chine, l’Islam et Byzance. Cette « sélection » pourrait certes être complétée, mais elle montre qu’il existe encore de fortes inégalités dans la connaissance historique selon les zones géographiques concernées; un déséquilibre qui ne risque pas d’être comblé, puisqu’il naît de la disproportion des sources écrites. Quel que soit l’objectif visé, la connaissance du passé reste conditionnée par la quantité et la prolixité des sources disponibles, qui sont inégalement réparties. Le biais eurocentrique est peut-être né d’un sentiment de supériorité culturelle mal venu, mais, pour les périodes anciennes, il est remplacé au mieux par une histoire multipolaire, intégrant le monde islamique, l’Extrême-Orient et l’Inde, le reste demeurant marginal. Une histoire véritablement globale semble hors de portée.

Le but premier de l’ouvrage est en tout cas atteint. La richesse des traditions historiques qui n’ont rien à envier à l’Occident médiéval (Islam, Byzance, Chine) est démontrée de manière éclatante, tout comme l’intérêt des historiographies moins connues. Le vaste horizon géographique permet également d’appréhender certains phénomènes à un niveau global. C’est le cas de la place de l’écriture de l’histoire dans la construction identitaire, étudiée dans les articles dévolus à l’historiographie de l’Europe barbare, des pays d’Europe de l’Est, et dans la brillante contribution de Matthew Innes sur l’écriture historique, l’ethnicité et l’identité nationale. À ce sujet, l’article de Chase Robinson sur les débuts de l’historiographie islamique montre clairement comment les Arabes, qui ne connaissaient que des récits oraux, ont redéfini leur rapport à l’histoire et fondé une historiographie pour accompagner la création d’une nouvelle identité, d’une nouvelle religion, d’un nouvel empire. D’autres articles viennent corriger certains poncifs : Sarah Foot rappelle que les annales ne sont pas un stade « primitif » de l’écriture historique tandis...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 456-458
Launched on MUSE
2015-11-08
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.