In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • La fin des Indigènes en Nouvelle-Calédonie: le colonial à l’épreuve du politique, 1946-1976 by Éric Soriano
  • Christine Demmer
Éric SORIANO. – La fin des Indigènes en Nouvelle-Calédonie: le colonial à l’épreuve du politique, 1946-1976, Paris, Karthala-MSH-M, 2014, 299 pages. Préface d’Alban Bensa.

Au cœur de cet ouvrage, qui revisite largement une thèse en science politique soutenue en 2001, se tient une question: pourquoi la première génération d’élus kanaks, qui a pris en charge les mobilisations électorales lors de l’instauration du suffrage universel en 1951, ne s’est positionnée ni contre un État qui avait été particulièrement répressif à l’encontre de la population autochtone, ni contre les colons détenteurs de tous les pouvoirs locaux? Pourquoi a-t-elle préféré, au contraire, jouer le jeu des institutions représentatives bien qu’elle n’en contrôlât ni les rouages ni les débats (pas même ceux concernant directement le statut des Kanaks)? Cette interrogation contient en creux celle relative aux conditions d’une mobilisation; dans le contexte néo-calédonien, elle a conduit l’auteur à interroger les continuités coloniales qui rendirent impossible l’émergence d’une aspiration à l’indépendance dont la génération suivante seulement (celle des années 1970) se fera le porte-parole.

Pour répondre à la question posée, Éric Soriano s’est adossé à un conséquent travail d’archives (notamment de l’Assemblée territoriale) et a mené un ensemble d’entretiens biographiques auprès d’anciens dirigeants kanaks. Il s’est intéressé ainsi aux trajectoires et aux activités d’élus territoriaux évoluant au sein de deux organisations partisanes: d’un côté, l’Union calédonienne (UC), la plus puissante, unissant des Métropolitains et une frange du colonat européen «de brousse» à la majorité des «Mélanésiens» et, de l’autre, l’Union pour la nouvelle République (UNR), parti gaulliste de la bourgeoisie néo-calédonienne, ayant su coopter une minorité de Kanaks réfractaires à l’UC – car anciens sympathisants de l’éphémère Parti communiste calédonien que les associations missionnaires à l’origine du mouvement majoritaire avaient étouffé.

Adoptant un point de vue microsocial plus critique et plus resserré qu’Ismet Kurtovitch, l’auteur poursuit les travaux de cet historien qui portent sur la vie politique néo-calédonienne19. En s’intéressant à l’inscription des Kanaks au sein du champ politique global entre les années 1950 et 1970, son ouvrage vient surtout enrichir d’une manière originale les travaux d’anthropologie politique traitant des organisations sociopolitiques locales, pensées dans leurs transformations coloniales mais étudiées essentiellement à l’échelle des réserves. Grâce à ce changement d’échelle d’analyse, son ouvrage rompt définitivement avec une vision exotique des anciens indigènes devenus, comme il le démontre, des Mélanésiens avec l’accession à la citoyenneté, avant que de s’affirmer, avec le processus d’émancipation, comme des Kanaks (assignations identitaires qui révèlent leur place successive dans l’État).

Dans une première partie, Éric Soriano commence à esquisser les positions sociales des premiers élus en revenant sur la manière dont elles furent mobilisées dans les campagnes électorales. Ce faisant, il vise surtout à décrypter les logiques d’un vote kanak massif dès les origines, en faveur d’une UC héritière des missions, soucieuse de brider toute velléité d’émancipation des autochtones comme de [End Page 197] regroupement électoral de tous les dominés de l’archipel. Il explique que les positions élevées dans la hiérarchie kanake (chefs ou maîtres du sol, dits «coutumiers»), si elles ont pu être un atout électoral, ne s’avèrent pas déterminantes pour ceux qui n’ont, dans ce monde très segmenté, pas de relations de parenté très étendues et/ou qui ne doivent leur statut de chef qu’à l’administration coloniale. Il souligne alors que le pouvoir d’incitation au vote des élus kanaks – limité d’ailleurs à cet électorat qui...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 197-199
Launched on MUSE
2015-10-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.