In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • L’Autre citoyen. L’idéal républicain et les Antilles après l’esclavage by Silyane Larcher
  • Magali Della Sudda
Silyane LARCHER. – L’Autre citoyen. L’idéal républicain et les Antilles après l’esclavage, Paris, Armand Colin, 2014, 380 pages. «Le Temps des idées». Préface d’Étienne Balibar.

L’ouvrage tiré de la thèse de S. Larcher menée sous la direction de Pierre Rosanvallon éclaire les apories et les tensions de la représentation politique à l’aune du sort des anciens esclaves des colonies de plantation. Il a pour objet «d’explorer la dynamique articulant inclusion et exclusion civiques, telle une véritable dialectique, en vue d’en saisir les enjeux, les présupposés, les impasses et les problèmes en tant qu’ils éclairent autant l’institution de la citoyenneté que les logiques politiques qu’elle renferme» (p. 21). Sa réflexion s’appuie principalement sur les textes des débats parlementaires, commissions ministérielles et parlementaires, du Conseil d’État ainsi que des acteurs ayant pris parti dans les débats sur les contours de la citoyenneté dans les colonies et en métropole. L’autrice se positionne en question-nant le «retour de la race» (p. 23), en examinant avec précision la manière dont des individus ou des groupes sont renvoyés à des catégories racisées, c’est-à-dire dont l’identité sociale et anthropologique est réduite à cette catégorie, sans pour autant exclure le contexte socio-économique dans lequel cette pensée politique de la différence et cette construction de l’altérité s’expriment. «Dans le hiatus entre aspirations des citoyens colonisés et projets métropolitains, la citoyenneté se dévoile donc ici autant comme une norme oppressive que comme un principe critique d’émancipation, au fond comme un principe social et historique polémique» (p. 28). La réflexion est développée en six chapitres qui explicitent l’aporie de la citoyenneté, cette tension entre l’individu-citoyen et l’incarnation problématique de cette citoyenneté par les ex-esclaves entre la Révolution et les premières décennies de la Troisième République. Le premier chapitre, «Les colonies d’esclavage dans l’angle mort des idéaux républicains», revient sur les débats qui ont traversé la période révolutionnaire autour de l’égalité et de l’esclavage, élargissant ainsi les bornes habituelles de l’histoire de l’abolition de l’esclavage dans les colonies de plantation françaises. Loin d’être une extension automatique des droits et libertés conquis en métropole, l’égalité civique et politique pour les ex-esclaves ne peut faire l’objet d’un récit linéaire. Tout au contraire, les limitations explicites à cette égalité construisent un régime d’exception dans les colonies qui sanctionne la dualité de la représentation: les ex-esclaves n’étant pas inclus dans la société politique d’égaux, en raison du legs servile. Cette période connaît une distinction entre les libres de couleur, affranchis, qui bénéficient du décret du 28 mars 1792 et ont les mêmes droits que les colons, et les esclaves affranchis par le décret du 16 pluviôse an II (1794) abolissant «l’esclavage des nègres». Cette évolution est à mettre en relation d’une part avec l’insurrection de Saint-Domingue et d’autre part avec la consécration de l’égalité en métropole qui rend intenable le maintien de l’inégalité dans les sociétés esclavagistes. L’autrice plaide donc pour une réévaluation de la place de la Révolution française dans la problématisation de l’inégalité: «L’énonciation de l’universel a pour effet remarquable de constituer les droits en objet de compétition sociale entre les différents membres de la société coloniale, mais aussi en objet de définitions concurrentes, au cœur de la relation coloniale» (p. 43). Le cas des libres de couleur, eux-mêmes propriétaires de plantations, invite à penser la question de l’inégalité. [End Page 189...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 189-191
Launched on MUSE
2015-10-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.