Abstract

The history of Hawai‘i’s relationship with the United States is marked by continued attempts on the part of the islanders to renegotiate Hawai‘i’s place in the American political imagination. In three separate instances, those efforts took cartographic shape. In 1876, with the Kingdom of Hawai‘i beginning to feel the leading waves of US imperialism, the kingdom sent a modern, scientific map to the Centennial World’s Fair in Philadelphia, making an argument for Hawaiian sovereignty. In 1893, with the question of annexation on the table after the overthrow of the Hawaiian monarchy, haole insurrectionists endorsed a map depicting the islands’ proximity to and reliance on the United States – a map that showed the indigenous Hawaiian peoples as barbarous and unable to rule themselves without Western intervention. And in 1937 the Hawaiian Pineapple Company (Dole) commissioned a tourist map of the territory that sought to tame Hawai‘i in the mainlanders’ imagination even as the islands’ business leaders began their first serious push for statehood. These three maps, set alongside each other, demonstrate a long and contested discussion between the islands and the mainland about how the United States understood Hawai‘i and Pacific politics: a cartographic conversation that remained thematically consistent across multiple iterations of Hawaiian governments.

L’histoire de la relation d’Hawaï avec les États-Unis est marquée par de continuelles tentatives des insulaires de renégocier la place d’Hawaï dans l’imaginaire politique américain. En trois occasions distinctes, ces efforts se sont traduits dans le domaine de la cartographie. En 1876, le Royaume d’Hawaï, commençant à ressentir les premières vagues de l’impérialisme américain, a envoyé une carte moderne scientifique à l’Exposition mondiale du centenaire à Philadelphie, y présentant un argument en faveur de la souveraineté d’Hawaï. En 1893, la question de l’annexion étant sur la table après le renversement de la monarchie hawaïenne, les insurgés haole ont entériné une carte décrivant la proximité de l’île et sa dépendance des États-Unis – une carte illustrant que les gens d’Hawaï étaient des barbares, incapables de se gouverner sans l’intervention de l’Occident. Et en 1937, la Hawaiian Pineapple Company (Dole) a commandé une carte touristique du territoire tentant d’intégrer Hawaï dans l’imaginaire des américains continentaux à l’époque même où les chefs d’entreprise de l’île amorçaient leur première tentative sérieuse de faire de l’île un État. Ces trois cartes, mises côte à côte, illustrent un débat long et contesté entre les îles et le continent sur la façon dont les États-Unis percevaient la politique d’Hawaï et du Pacifique : une conversation cartographique qui est demeurée thématiquement constante malgré les multiples itérations des gouvernements d’Hawaï.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-9925
Print ISSN
0317-7173
Pages
pp. 119-140
Launched on MUSE
2015-09-23
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.