In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

390 The Canadian Historical Review derived from some perverse form of self-loathing on the part of Canadians over the past two hundred years. STEPHEN f. RANDALL University of Calgary Sir Wilfrid Laurier and the Romance of Canada. LAURIER L. LAPIERRE. Toronto: Stoddart 1996. Pp. 514, illus. $35.00 cloth, $24.95 paper Deux interrogations principales surgissent ala lecture de cette nouvelle biographie de sir Wilfrid Laurier, cet immense personnage politique qui dirigea le Canada de 1896 a 19u. La premiere touche au type d'a!uvre qu'a voulu ecrire l'auteur, Ce qui souleve plusieurs SOUS· questions. L'historien-journaliste Laurier L. LaPierre a-t-il desire produire une biographie historique avec ses exigences scientifiques et methodologiques? Une biographie vulgarisee dediee au grand public? Un ecrit hybride liant biographie vulgarisee au roman historique avec sa belle part de liberte et d'imaginaire ? Force m'est d'admettre, finalement, que LaPierre a plutot opte pour la troisieme categorie, comme il le laisse sous-entendre. 11 souligne, en effet, a la page xiv, qu'il s'est resolu a ~xplorer le « personal times » de Laurier, « the intimacy of his soul » et que, pour ce faire, « [he] must read between the lines to reconstruct the main relationships, events, circumstances, and moments that marked his life ». La deuxieme interrogation concerne l'objectif fondamental de ce livre. L'historien LaPierre a-t-il vraiment souhaite brosser, avec toutes les nuances et les exigences qu'impose son metier, le portrait le plus juste possible de Laurier? Ou, parce que trap cheville ason a!UVre hybride et trap traumatise par l'etat lamentable actuel de l'unite canadienpe, a-t-il cherche, plutot, a faire etalage de la gloire de Laurier aupres de laquelle, esperait-il, les Canadiens pourraient puiser !'inspiration qui leur permettrait de mieux affronter leur difficile avenir? Sans hesiter, j'estime que l'auteur a allegrement embrasse la deuxieme voie, comme le suggere !'epilogue de son livre. De ces choix emane une a!uvre vivante, merveilleusement ecrite, et attrayante dans sa facture physique, qui merite consideration. Mais elle ne peut toutefois pas satisfaire la communaute scientifique historienne. LaPierre presente en seize chapitres l'ensemble de la vie privee et de la carriere publique de Laurier dans plusieurs de leurs phases et mfandres divers. Mais le plan de l'ouvrage, plutot desequilibre, repose sur une chronologie douteuse (des chapitres, par exemple, regroupent les annees 1896-8, 1898-1905) et ne rend pas toujours justice a l'a!uvre meme de Laurier. Soulignons seulement que ses actions et Book Reviews 391 celles de son gouvemement entre 1896 et 19n n'occupent que III pages sur 384 et sont rassemblees dans quatre chapitres. L'auteur aura beau rappeler qu'il desirait aller au-dela des actions politiques de Laurier pour rejoindre son ame et sa vie privee, cette explication ne suffit pas a justifier ce desequilibre et ce, d'autant moins qu'il ne parvient pas reellement a atteindre cet objectif. En effet, le lecteur ne penetre pas profondement dans le jardin sacre de Lauder. J'ajouterais meme que la plus grande beneficiaire de cette ambition de }'auteur reste Zoe Lafontaine, la femme de Laurier, dont on connait desormais mieux l'intimite et le role aupres de son mari tel que l'expriment entre autres les pages 286 .et 288. Au-dela du plan, il y a les informations et les ·interpretations. Ensemble, elles degagent de Laurier et de son a:uvre un portrait insuffisant, aux contours imprecis voire tronques, fonde sur des analyses et des explications sommaires marquees par !'absence d'esprit critique. En bref, l'ouvrage de LaPierre, plutot descriptif, n'apporte vraiment rien d'original, ne contribue pas a l'avancement des connaissances sur Laurier, ne renouvelle aucune problematique et, en raison d'une carence totale dans l'appareillage technique, peut creer une suspicion face aux informations presentees. Certes, a part quelques exceptions (entre autres, p. 151, il faut lire 29 juin 1887 ; p. 183, l'abolition du franc;:ais et des ecoles separees au Manitoba en 1890 s'est concre· tisee clans deux lois differentes ; p. 267, Lomer Gouin devint premier ministre du Quebec en 1905 ; p. 330, Henri Bourassa fit...

pdf

Additional Information

ISSN
1710-1093
Print ISSN
0008-3755
Pages
pp. 390-392
Launched on MUSE
2016-04-06
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.