In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Chili 1970-1973. Mille jours qui ébranlèrent le monde by Franck Gaudichaud
  • Veronica Valdivia
Franck GAUDICHAUD.– Chili 1970-1973. Mille jours qui ébranlèrent le monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 345 pages. « Amériques ».

L’Unité populaire reste un traumatisme majeur dans la mémoire du Chili. Son souvenir teinté de nostalgie est porté par de nombreux Chiliens, tandis que ses adversaires lui vouent une haine qui ne s’atténue guère avec le temps. Dans tous les cas, elle est associée à la dictature pinochiste qui l’a suivie. Rendre compte de ce processus est un exercice difficile car l’Unité populaire (UP) est traversée par une multitude de processus et de sujets qui se sont forgés tout au long du XXe siècle. Ces mouvements au temps long ont donné lieu à une tornade d’expériences politiques, sociales et culturelles, à un temps de « fête et drame » selon l’excellente expression du sociologue Tomás Moulian. Durant trois ans, la société chilienne a vécu bien plus que mille jours ; elle a rencontré son histoire.

Peut-être cette profondeur historique est-elle la cause du peu d’attention qu’elle a suscité dans l’historiographie chilienne, immergée dans la douleur et la peur durant des décennies. L’histoire de l’UP comporte encore de nombreuses interrogations qui n’ont pas été abordées, autant comme processus général de mobilisation que du point de vue des multiples acteurs qui l’ont constituée. Certains de ses protagonistes ont été étudiés à maintes reprises, confondant l’histoire de l’UP avec la leur. C’est particulièrement le cas avec le Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR, pour son sigle en espagnol), un groupe révolutionnaire né dans le sillage du « charme cubain », partisan de la lutte armée et défendant un modèle vietnamien de révolution. De nombreux « miristes », assassinés en pleine jeunesse par la dictature, apparaissent comme le témoignage d’une génération dont la jeunesse a été l’étape culminante de [End Page 159] la vie. Le MIR n’était cependant qu’un petit parti qui n’était pas intégré à l’Unité populaire et dont la puissance de lutte fut toujours incomparablement moindre. Il n’en occupe pas moins une place prédominante dans les études existantes. De manière un peu similaire, les habitants des quartiers marginaux, identifiés à la révolution, ont fait couler beaucoup d’encre. Ainsi, la modeste bibliographie consacrée à l’Unité populaire a favorisé certains de ses protagonistes, alors que les principaux partis de l’UP – le Parti communiste et le Parti socialiste–, et ses acteurs sociaux, fermiers, femmes ou étudiants, n’ont pas suscité le même engouement chez les chercheurs.

Le livre de Franck Gaudichaud traite d’acteurs centraux de la période, les travailleurs urbains et les pobladores4. Cherchant à échapper à l’influence des études nord-américaines axées sur les conflits institutionnels et partisans au sein de l’UP, il a décentré le regard et ausculté la « révolution par en bas » au détriment de la voie institutionnelle et pacifique, incarnée par Salvador Allende. Vue selon cette perspective, la rupture que représente l’UP ne touche pas seulement le système politique, mais aussi le pacte de domination existant depuis les années 1930. C’est pourquoi porter un regard « d’en bas », tel que le préconise l’historien Peter Winn, apparaît nécessaire. L’auteur enquête sur les relations entre le mouvement ouvrier et les pobladores, la gauche partisane, le gouvernement d’Allende et l’État. Son attention se porte surtout sur le « pouvoir populaire », c’est-à-dire les nouvelles organisations sociales qui surgissent durant le gouvernement socialiste. Il tâche de rendre compte de leurs expérimentations micro-sociales qui cherchent à dépasser la démocratie représentative pour évoluer vers des formes de démocratie directe. Il s’intéresse spécialement aux « cordons industriels »5, nés de l’inventivité des ouvriers urbains, ainsi qu’aux commandos communaux, liés aux pobladores et à nombre...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 159-162
Launched on MUSE
2015-07-08
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.