In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Exchanges in Exoticism: Cross-Cultural Marriage and the Making of the Mediterranean in Old French Romance by Megan Moore
  • Pauline Souleau
Exchanges in Exoticism: Cross-Cultural Marriage and the Making of the Mediterranean in Old French Romance. By Megan Moore. Toronto: University of Toronto Press, 2014. xii + 184 pp.

‘“Einc mielz nel firent nules dames” […] With these five words, Chrétien invites us to consider how romance depends on women to negotiate the exchange facilitated by cross-cultural encounters’ (p. 20). C’est bien aussi ce que Megan Moore nous invite à faire dans ce brillant ouvrage qui place au cœur de ses préoccupations genre et échanges interculturels. L’accent est mis sur la place imaginée de l’espace méditerranéen, de sa noblesse et de son identité dans la littérature des douzième et treizième siècles, principalement dans des romans en français. La place des femmes et des mariages interculturels est analysée pour aboutir à de plus amples réflexions sur l’exotisme, la relation entre masculinité, langage et largesse, ou encore la diversité culturelle de l’espace méditerranéen. Le premier chapitre envisage cette place dans Cligès de Chrétien de Troyes et Digenis Akritas, romans français et grec du douzième siècle. Dans Cligès, l’influence interculturelle féminine est notable dans la construction de l’empire byzantin et dans le rapport entre masculinité et langage. Les mêmes tensions se retrouvent dans Digenis Akritas, bien que les notions de centre(s) et périphérie(s) s’y voient transposées: Byzance devient centre et la frontière syrienne, lieu du roman, périphérie. Cette œuvre est une plateforme idéale pour explorer liens interculturels, genre et identité dans les marges. Le chapitre 2 s’intéresse à ce que Moore appelle ‘economy of the exotic’ (p. 52) dans Floire et Blancheflor. L’échange de produits et informations diégétiques et de manuscrits réels est envisagé dans la représentation de l’identité méditerranéenne. Les personnages du roman se voient ainsi recadrés dans un espace multiculturel méditerranéen plutôt que dans un espace binaire, chrétien et musulman. Le cadre chronologique de l’ouvrage prend un tour nouveau dans les troisième et quatrième chapitres en s’intéressant à des romans du treizième siècle, époque où l’exotisme de Byzance décline mais où les femmes continuent d’être représentées en tant qu’actrices participant à l’élaboration ou à la destruction des liens est–ouest. Le chapitre 3 explore le thème de la fille aux mains coupées dans Le Roman de la Manekine et La Belle Hélène de Constantinople. Cette tradition littéraire met ici l’accent sur les échanges interculturels, la valorisation de l’exogamie occidentale et le thème de l’inceste. L’Arthur ‘méditerranisé’ de Floriant et Florete est au cœur du dernier chapitre en tant qu’archétype du monarque dont les préoccupations politiques sont tournées vers la Méditerranée. Cet ouvrage entremêle avec brio considérations thé-oriques (exotisme, identité, altérité), concepts médiévaux (translatio studii et imperii) et contextes historiques et codicologiques. Cette empreinte codicologique est présentée, à juste titre, comme fondamentale pour examiner genre, échanges interculturels, noblesse, et identité dans l’espace multiculturel méditerranéen. Il en résulte une étude particulièrement convaincante qui aurait pu se prolonger par l’analyse de romans encore plus tardifs tels que Le Roman de Mélusine: mais peut-être est-ce là l’ébauche d’un autre projet.

Pauline Souleau
University of Oxford
...

pdf

Additional Information

ISSN
1468-2931
Print ISSN
0016-1128
Pages
p. 376
Launched on MUSE
2015-07-09
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.