Abstract

Comment, d’ailleurs, s’identifier à un pays que l’on ne connait pas? Qu’est-ce qu’être français(e)? Être d’ici ou de là? Quelle part de son identité choisit-on? Autant de questions qui irriguent le premier long métrage de Souad El Bouhati, Française, dont la sortie au printemps 2008 fut l’occasion de revenir sur des topoï de la littérature et du cinéma dits de l’immigration, à savoir le sentiment de vivre en exil et la quête identitaire qui l’accompagne bien souvent. Cet article offre ainsi d’explorer ces questions abordées d’une perspective “inversée” privilégiée avant l’œuvre susmentionnée dans Un Aller simple de Didier Van Cauwelaert, couronné du Goncourt en 1994, et dans Exils de Tony Gatlif, récompensé à Cannes en 2004 pour sa mise en scène.

pdf

Additional Information

ISSN
2156-9428
Print ISSN
1552-3152
Pages
pp. 92-105
Launched on MUSE
2015-05-20
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.