Abstract

Cet essai signale la présence d’un conflit narratif entre le visuel et l’audio dans le cinéma de l’Afrique au sud du Sahara, particulièrement dans les films d’Ousmane Sembène, Djbril Diop Mambety, Idrissa Ouédraogo, et Abderrahmane Sissako. Le résultat de cet antagonisme est que le son s’installe au premier rang narratif et remplace l’image d’une manière assez agressive et violente. Le son devient par conséquent l’élément narratif qui contribue le plus à la définition du sujet postcolonial.

pdf

Additional Information

ISSN
2156-9428
Print ISSN
1552-3152
Pages
pp. 78-91
Launched on MUSE
2015-05-20
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.