In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • « Rendez-vous manqués » : de qui, de quoi la poésie est-elle (la) contemporaine? (Mallarmé, Rancière)
  • Elodie Laügt

« Un siècle, comme mesure de temps, n’est aucune réalité, pas plus qu’une ligne d’horizon. Un siècle, c’est une idée de siècle1 ».

AVEC LES PUBLICATIONS rapprochées d’abord du Discours de la syncope : Logodaedalus (1976) par Jean-Luc Nancy, puis de L’absolu littéraire (1978) par Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, la seconde moitié des années 1970 est marquée par un tournant majeur quant à la manière dont les enjeux communs de la philosophie et de la poésie sont éclairés sur les scènes philosophique et littéraire françaises. Jean-Luc Nancy montre ainsi dans le Discours de la syncope comment la question du partage entre philosophie et littérature se noue autour d’une indécidabilité fondamentale, quand « le moment Kant » apparaît comme celui à partir duquel « est devenue possible et nécessaire la distinction expresse (donc, la coupure et le couplage des concepts et des termes, et la position de la question) entre philosophie et littérature2 ». La question de la présentation de la philosophie est alors la question même du style que doit adopter la philosophie quand un « pur discours » (ressortant de la Darstellung et du mode mathématico-métaphysique objectif) est requis par ou pour elle, et est en même temps impossible de sorte que pour s’énoncer la philosophie doit se prêter à « une manière de (la) littérature » (Nancy, Logodaedalus 148). Elle doit se compromettre avec la Dichtung ou Poésie ainsi produite « au-dedans de la philosophie », comme « mode impur de production » ou Darstellung souillée dont il faut « conjurer » le danger (Nancy, Logodaedalus 90–91). Deux ans après, L’absolu littéraire propose la première traduction en français des textes de l’Athenaeum dans lequel le groupe d’Iéna—reconnu depuis comme le cœur du premier romantisme allemand—mené par les frères Schlegel, propose de nouer de manière nouvelle poésie et philosophie.

Or, c’est à partir des retombées du premier romantisme que Jacques Rancière propose une lecture de la modernité qu’il interprète comme le passage du régime représentatif au régime esthétique. Le style apparaît justement comme ce par quoi se réalise le régime esthétique comme mode historique de visibilité, c’est-à-dire « non point la ‘théorie de l’art pour l’art’ mais la pensée de la configuration du sensible » (Rancière, Mallarmé 53). Une telle redéfinition [End Page 22] de l’esthétique, dont l’un des pivots est le renversement des hiérarchies de la représentation telles qu’elles sont établies par Aristote, et la mise en question des critères de reconnaissance de l’œuvre artistique comme telle, permet de mettre en question la possibilité (et la nécessité) de tout rapport de maîtrise, non seulement au niveau des moyens et modes de représentation au sein de ce qui prend alors pour nom littérature, mais aussi au niveau du discours que la littérature et la philosophie entretiennent l’une sur l’autre.

Avec la possibilité de reconfigurer le sensible est du même coup ouverte la possibilité de reconfigurer les lignes de partage à partir desquelles s’envisagent poésie et philosophie. En effet, le concept de « partage du sensible » est au cœur de la relation entre politique et esthétique dans la pensée ranciérienne. Comme l’indique l’analyse qu’en propose Davide Panagia, le « sensible » est tout ce qui est « at once visible, audible and available to our attentions », et la notion de « partage du sensible » permet de penser les conditions de perception du sensible, c’est-à-dire une certaine organisation de l’espace politique, social et esthétique. L’originalité de l’approche ranciérienne consiste en grande partie en l’analyse des changements de configuration du sensible, autrement dit de la manière dont se dessinent « the lines that divide...

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 22-33
Launched on MUSE
2015-05-01
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.