In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Datini, Majorque et le Maghreb (14e-15e siècles). Réseaux, espaces méditerranéens et stratégies marchandes by Ingrid Houssaye Michienzi
  • Giovanni Ceccarelli
Ingrid Houssaye Michienzi
Datini, Majorque et le Maghreb (14e-15e siècles). Réseaux, espaces méditerranéens et stratégies marchandes
Leyde/Boston, Brill, 2013, XXX-694 p.

Ce livre constitue une tentative appréciable de faire de l’histoire économique solidement [End Page 814] ancrée dans la documentation d’archive, qui soit capable en même temps de dialoguer avec les sciences sociales. Un sujet captivant – les échanges entre chrétiens et musulmans au xive siècle –, une riche documentation – les archives personnelles du marchand Francesco di Marco Datini –, une approche innovante – la sociologie des réseaux –, sont les ingrédients d’une recherche qui veut appliquer au Moyen Âge des recettes employées avec succès pour l’époque moderne. La référence dans ce domaine est le travail mené sur la communauté sépharade de Livourne par Francesca Trivellato (explicitement rappelé dans l’introduction d’Anthony Molho) 1.

Dans les trois premiers chapitres, les échanges commerciaux de Datini avec le Maghreb sont considérés comme le résultat des contraintes dans lesquelles la compagnie commerciale toscane opérait. Le marchand de Prato faisait face à un triple obstacle : il ne pouvait pas s’appuyer sur de solides liens familiaux qui auraient fonctionné comme le ciment de son entreprise; la compagnie ne disposait pas de ses propres agents en Afrique du Nord ; enfin, le gouvernement florentin, contrairement à ceux de Pise, Gênes et Venise, ne disposait d’aucune représentation diplomatique au Maghreb.

Ce sont les lettres marchandes qui permirent de surmonter le premier obstacle. Également utilisées pour renforcer l’identité florentine de ses agents, elles devinrent le véritable « moyen de contrôle» de leur travail (p. 71). La seconde contrainte conduisit à développer un réseau d’intermédiaires commerciaux, ce qui eut des effets sur l’implantation géographique des activités de Datini. Le négociant eut désormais accès aux produits d’Afrique du Nord à partir des places d’échanges pisanes puis majorquines. C’est surtout l’absence de Florence dans les centres portuaires maghrébins qui amena ces compagnies à développer un commerce flexible, nécessairement indirecte, qui se jouait des interstices offerts par les communautés dotées d’un réel statut politique, comme celle de Pise, et la médiation des marchands indépendants.

Ce n’est que par cette série de filtres que Datini pût accéder aux produits commercialisés sur les marchés d’Afrique du Nord, qui empruntaient deux circuits différents : local et sub-saharien. Le premier marché fournissait essentiellement des colorants (surtout la grana), des peaux et des cuirs, tandis que la laine barbaresque jouait alors un rôle tout à fait résiduel. Le second regroupait des articles de luxe, comme les plumes d’autruche ou le poivre de Guinée, même s’il faut souligner que les archives ne font aucune référence au commerce de l’or. Ces importations représentaient environ un tiers du total de l’activité de la compagnie de Majorque. Ces flux étaient plutôt faibles au regard de ceux engendrés par les échanges avec les marchés provençaux et ibériques qui, avec l’Italie, étaient au cœur du système Datini.

La deuxième partie de l’ouvrage décrit le réseau d’échanges commerciaux organisé par Datini, d’où émerge sa forte capacité à coordonner un ensemble complexe d’acteurs et de circuits. Il parvint à rendre efficace ce commerce fait d’innombrables intermédiaires, en tirant pleinement partie des caractéristiques que l’entreprise marchande toscane a acquises lors de la profonde réorganisation qui a suivi les faillites de 1343. Des liens informels unissaient les différentes sociétés commerciales et leurs agents dans une méta-compagnie réticulaire, une « organisation souple » (p. 245) où coexistaient concurrence et entraide. La confiance, qui se nourrissait de volumes impressionnants de correspondance, permettait l’adoption de stratégies communes et...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 814-816
Launched on MUSE
2015-01-01
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.