In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Trade and Institutions in Medieval Mediterranean: The Geniza Merchants and their Business World by Jessica L. Goldberg
  • Henri Bresc
Jessica L. Goldberg
Trade and Institutions in Medieval Mediterranean: The Geniza Merchants and their Business World
Cambridge, Cambridge University Press, 2012, XXI-426 p.

L’ouvrage de Jessica Goldberg présente une grande ambition servie par une extrême nouveauté. L’auteure ne cache pas un esprit critique combatif, quelquefois dérisoire quand elle impute à Fernand Braudel d’ignorer volontairement l’islam dans sa définition de la triade méditerranéenne : blé, huile, vin. Elle se place dans la tradition des études de la Geniza du Caire, dont elle analyse un corpus de 697 lettres commerciales, 140 d’entre elles étant soumises à une analyse intensive. La chambre des papiers de la synagogue d’obédience hiérosolymitaine de Fustât – reconstruite après le grand anéantissement des églises et des communautés juives de l’empire fâtimide sous al-Hâkim de 1009 à 1012 – rassemble les lettres, les rouleaux et les écrits d’un milieu marchand, juif de religion et arabe de langue, frange minuscule du monde sous domination de l’islam, mais dont le caractère central dans le développement des échanges est indubitable.

Dix chapitres suivent le même modèle : à partir d’un récit de voyage, d’accident, de procès, un thème est choisi et suivi. Ils s’ordonnent en deux parties. La première aborde les institutions commerciales, les ashâbunâ, la correspondance et les associations, la nature des commerces et le paysage humain. La seconde partie traite de la géographie des commerces, des infrastructures postales, des marchés régionaux, des voyages. J. Goldberg pose le problème de la représentativité de son échantillon : quelques centaines de lettres seulement sur les dizaines de milliers échangées entre les trois pôles de ce commerce, Fustât, Kairouan-Mahdia et Palerme, ainsi qu’avec les autres ports. Cette documentation fragmentaire ignore les marchands musulmans et chrétiens, les juifs d’obédience babylonienne et les qaraïtes, du fait d’une conservation hasardeuse. L’auteure se défend donc de toute généralisation. Il reste à établir une comparaison entre son apport et celui des liasses de papyri plus modestes qui ont révélé les correspondances des marchands égyptiens musulmans.

La reconstitution de la communauté juive de Fustât a été soutenue, après 1020, par l’immigration d’Occidentaux, les maghribîs, sur deux générations. Ces deux groupes de marchands se sont établis sur des axes communs : jusqu’en 1040, c’est la correspondance d’Ibn ‘Awkâl qui éclaire un commerce tourné vers les produits de luxe à destination des métropoles occidentales, Kairouan et Palerme, gros marchés de [End Page 786] consommation et relais vers l’al-Andalus ; de 1040 à 1080, ce sont les lettres du groupe de Nahray b. Nissîm qui décrivent une activité concentrée sur le commerce du lin égyptien, rassemblé dans les villages, emballé et expédié vers ces métropoles en déclin et vers les villes et les ports où se sont développés des pouvoirs concurrents et des industries textiles, Sfax, Sousse, Mazara. L’analyse des lettres dévoile les rouages de l’achat, du transport et de la vente : la compétence, l’expertise, la capacité de reconnaître les qualités des produits agricoles (l’huile tunisienne et le lin) qui sont le fondement du commerce, puis la réputation, l’honneur du marchand, le djâh, qui n’inclut pas la probité, voire comporte une part de ruse et de mensonge.

Ces qualités soutiennent un négoce par correspondance, commandé et ordonné par deux institutions, la représentation, agency, qui laisse une totale initiative au représentant local, et la représentation réciproque, suhba, qui, sous le langage de l’amitié, assure des services limités et de valeur égale aux deux contractants. Ces partenariats n’ont rien d’informel, ni d’illimité, et J. Goldberg corrige sur ce point Salomon Goitein et Abraham Udovitch, pionniers de l’étude. Oraux, ils exigent des témoins...

pdf

Additional Information

ISSN
1953-8146
Print ISSN
0395-2649
Pages
pp. 786-788
Launched on MUSE
2015-01-01
Open Access
No
Archive Status
Archived
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.