Abstract

Àl’aide d’une base de données originales sur les nominations dans les cours de justice provinciales et supérieures de l’Ontario de 1972 à 2012, l’auteure du présent article analyse l’effet du système de nominations judiciaires sur la représentation des femmes dans la magistrature. En plus d’examiner de façon exhaustive les nominations judiciaires en Ontario, l’auteure démontre que depuis l’adoption de nouveaux systèmes de nominations judiciaires par les gouvernements fédéral et ontarien en 1989, le système provincial a nommé environ cinq pour cent plus de femmes juges. Les données révèlent aussi qu’au cours des 40 années étudiées, les partis conservateurs ont été moins enclins que le parti libéral et le NPD à nommer des femmes à la magistrature. La recherche présentée indique que si les gouvernements veulent vraiment faire de la diversité de la magistrature un objectif politique, certaines approches s’avèrent plus efficaces que d’autres. En particulier, le système de comités sur les nominations à la magistrature de l’Ontario a réussi à nommer plus de femmes juges que le système de comités d’examen du gouvernement fédéral, surtout durant les années où les candidates étaient activement recrutées.

Abstract

Using an original dataset of appointments to Ontario’s provincial and superior courts from 1972 to 2012, this article explores whether the system of judicial appointment affects the representation of women on the bench. In addition to providing a comprehensive review of judicial appointments in Ontario, the article finds that since the introduction of new judicial appointments systems by the federal and Ontario governments in 1989, the provincial system appointed approximately 5 percent more women judges. The data also reveals that Conservative parties were less likely to appoint women to the bench than the Liberal Party and NDP over this forty-year period. If diversity on the bench is to be a serious policy objective for governments, this research indicates that certain approaches may prove more effective than others. In particular, Ontario’s provincial nominating committee system has been more successful in appointing women judges—especially in the years it actively recruited women applicants—than the federal government’s review committee system.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0235
Print ISSN
0832-8781
Pages
pp. 185-205
Launched on MUSE
2014-12-24
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.