Abstract

Inspired by a recent call for greater integration between histories of capitalism and of Indigenous peoples in the United States, I argue that scholars across American studies should take stock of the ways in which Indigenous history pertains to fields beyond economic history. This article emphasizes Indigenous agency and activism to historicize how Aboriginal history has become (somewhat) more prominent in American studies. In reviewing some of the literature that has helped bring about this still incomplete shift, I look at developments in the settler states of the United States and Canada in order to highlight their shared colonial structures.

Inspiré par un appel récent pour une plus grande intégration entre les histoires du capitalisme et les peuples indigènes des États-Unis, je fais valoir que les universitaires dont les travaux portent sur les études américaines devraient tenir compte que l’histoire indigène s’articule parfois dans des domaines autres que l’histoire économique. Le présent article souligne le pouvoir d’agir et l’activisme des indigènes afin d’historiser la façon dont l’histoire aborigène est devenue (en quelque sorte) encore plus importante dans les études américaines. En examinant des documents qui ont permis d’entraîner cette mouvance encore incomplète, je porte une attention particulière aux développements des états colonisateurs des États-Unis et du Canada, afin de souligner les structures coloniales partagées.

pdf

Additional Information

ISSN
1710-114X
Print ISSN
0007-7720
Pages
pp. 402-425
Launched on MUSE
2014-12-12
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.