In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • L’Histoire des Risques
  • Guillaume Carnino
Jean-Baptiste FRESSOZ. - L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique. Paris, Le Seuil, 2012, 320 pages. « L’Univers historique ».

L’Apocalypse joyeuse est un livre important, qui participe à la recomposition historiographique de ces dernières décennies concernant les premiers temps de l’industrialisation.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le concept de révolution industrielle sert à mettre en avant une vision héroïque de l’innovation, que l’on aplatit sans nuance sur l’idée d’invention – comme si le simple fait d’inventer la machine à vapeur avait directement transformé l’ensemble des sociétés occidentales. À partir des années 1980, des historiens de l’économie montrent que la mal nommée révolution industrielle n’est qu’un épisode d’une recomposition plus large et plus complexe des modes de travail, qui sont progressivement segmentés à partir du XVIIIe siècle1. Dès lors, la question se transforme et l’histoire de l’industrialisation ne peut plus se contenter de lister les grandes inventions qui l’ont faite advenir, mais doit au contraire travailler la complexité du social.

Les années 2000 voient fleurir une nouvelle génération d’historiens, sensibilisés à la question environnementale désormais largement médiatisée. Ces travaux insistent sur l’aspect conflictuel de l’industrialisation, notamment chimique, et la question des controverses – et donc des stratégies de pacification – suscitées par cette recomposition sociale d’ampleur apparaît peu à peu comme centrale pour l’enquête archivistique. Parmi de multiples ouvrages consacrés à la question, Thomas Le Roux met en évidence le rôle crucial joué par Jean-Antoine Chaptal dans la dépénalisation des atteintes environnementales2, et François Jarrige interroge le déploiement d’une pédagogie des machines visant à circonscrire les nombreux soulèvements luddites qu’il décrypte3. L’idée même d’industrialisation est dès lors revisitée, que ce soit par l’environnement, les savoir-faire, les ressources, la globalisation, les marchés, la consommation, etc.4

S’il fallait résumer cette recomposition historiographique d’ampleur, on pourrait considérer que la première industrialisation, qui court du dernier XVIIIe siècle jusqu’au second XIXe siècle français, n’est plus décrite comme un processus linéaire autoproduit, mais au contraire comme le lieu de nombreuses interrogations et controverses, c’està-dire comme un temps où s’inventent des pratiques inédites, aussi bien en termes de gouvernance politique que de productions matérielles et intellectuelles. [End Page 205]

L’Apocalypse joyeuse prolonge et renforce ce basculement historiographique. L’ouvrage défend un contrepoint radical à la thèse d’Ulrich Beck de la « société du risque »5, puisqu’il s’agit de montrer, étude de cas après étude de cas, combien la prise de conscience des risques écologiques, sanitaires et sociaux provoqués par les techno-sciences n’est pas l’apanage de la modernité tardive, mais bien l’un des traits marquants des débuts de l’industrialisation. Aux récits à tendance triomphaliste qui vantent l’acuité de la réflexivité post-moderne, Fressoz rétorque qu’il existe dès les années 1800 un questionnement radical quant aux dangers de l’industrie. Pour étayer son propos, l’auteur présente plusieurs controverses, relatives à la vaccine, à l’implantation d’établissements industriels, au gaz d’éclairage et aux machines à vapeur.

Les deux premiers chapitres sont ainsi consacrés à une histoire croisée de la statistique médicale et de l’inoculation de la variole. Les pratiques des médecins sont présentées en regard des craintes de leurs contemporains et l’on voit progressivement s’opérer la décharge du poids moral de la décision sur un appareil statistique à vocation politique : on est en train de basculer, selon le mot de Saint-Simon, du gouvernement des hommes à l’administration des choses.

Le troisième chapitre dépeint les régulations environnementales d’Ancien Régime, œuvrant sur les « choses environnantes », ou circumfusa, afin de montrer, au chapitre suivant, en quoi la législation de...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 205-207
Launched on MUSE
2014-12-09
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.