In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Les Autochtones et le Québec. Des premiers contacts au Plan Nord by Alain Beaulieu, Stéphan Gervais et Martin Papillon
  • Brieg Capitaine
Alain Beaulieu, Stéphan Gervais et Martin Papillon, dirs., Les Autochtones et le Québec. Des premiers contacts au Plan Nord, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal, 2013, 407 p.

Alors même que des programmes et des cours consacrés aux études autochtones se créent dans les différentes institutions québécoises, l’on ne disposait d’aucun manuel. Car, la première impression en feuilletant cet ouvrage cohérent et écrit dans un langage clair, avec un souci pédagogique manifeste, est qu’il constitue un excellent manuel d’introduction aux études autochtones au Québec. Il faut donc d’emblée saluer la parution de cet ouvrage collectif généraliste, exhaustif et d’une grande qualité. Mais celui-ci ne constitue pas seulement une excellente synthèse des différents aspects de la vie sociale des Autochtones au Québec. Il possède une véritable unité d’ensemble, fait rare pour un ouvrage collectif qui rassemble pas moins de dix-huit contributions.

L’unité du livre se situe dans le regard complexe et nuancé que les contributeurs portent sur la relation sociale, politique, juridique, culturelle et historique entre le Québec et les peuples autochtones. Chaque contribution, à des degrés variés, livre ainsi un constat nuancé à mi-chemin entre la critique postcoloniale et la théorie sociale de l’action. Le thème de la « rencontre » historique (section I), culturelle, sociale, économique (section II) et politique et juridique (section III) constitue le fil rouge des contributions et rend bien compte des dynamiques relationnelles à la fois riches et ambivalentes entre le Québec et les Autochtones. S’il ne s’agit pas de mettre en opposition Autochtones et Québécois, comme cela est souvent le cas, mais de faire voir ce qu’il y a de commun (au sens universel) et, si l’on veut, de déconstruire cette opposition. Les contributeurs ne tombent pas pour autant dans l’angélisme en dépouillant ces « rencontres » de tout rapport de domination coloniale. Les auteurs se montrent bien souvent critiques à [End Page 487] l’égard des gouvernements fédéral et québécois, voire pessimistes sur l’avenir de leurs relations et de la capacité de ces nations à vivre ensemble.

La première section rassemble sept contributions. À partir de données archéologiques, Roland Tremblay rend compte de l’épaisseur historique du Québec et montre, contre les préjugés actuels, la complexité et la dynamique socioculturelles des peuples autochtones. Ces préjugés se retrouvent dans les sources documentaires européennes qui constituent le principal matériau pour rendre compte des premiers contacts. Or, comme Peter Cook le note avec justesse, ces sources sont non seulement partiales, mais partielles. La tradition orale comme le propose Sylvie Vincent constitue une autre voie pour appréhender le passé. L’auteur rappelle pourtant la faible légitimité d’une telle source comparativement aux traces écrites dans nos sociétés occidentales. Cette tradition orale cependant se matérialise à travers des techniques, dans des objets qui rappellent les discours, le contexte ou les acteurs comme les colliers de wampum. Jonathan Lainey montre ainsi que si les perles sont au départ des objets de commerce et d’échanges, les Européens ont fabriqué et échangé des colliers pour sceller des accords commerciaux ou politiques. Pourtant, là encore leur valeur est souvent niée. Les premières rencontres sont certes marquées par des alliances politiques et commerciales, toutefois, comme le note Maxime Gohier, ces politiques de médiation et de pacification constituaient pour les Européens un moyen d’asseoir leur domination en démontrant par là leur supériorité et leur capacité à gouverner. Le Canada poussera cette logique de mise sous tutelle à l’extrême avec la création des réserves, analysée par l’historien Alain Beaulieu. L’originalité de sa contribution réside dans la mise en évidence des résistances des communautés du Sud à l’instauration de ce syst...

pdf

Additional Information

ISSN
2292-3586
Print ISSN
0003-5459
Pages
pp. 487-489
Launched on MUSE
2014-11-16
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.