In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Médecine traditionnelle à Madagascar : Les mots-plantes by Gabriel Lefèvre
  • Mylène Mongeon and Julie Laplante
Gabriel Lefèvre, Médecine traditionnelle à Madagascar : Les mots-plantes, Paris, l’Harmattan, 2013, 297 pages.

Dans son livre, Gabriel Lefèvre nous fait part des résultats de son étude sur la médecine traditionnelle à Madagascar, plus particulièrement à Toliara, qui est la ville principale de la région du sud et sud-ouest du pays. Contrairement à ce que le titre de son ouvrage laisse entendre, le concept de « motsplantes » – bien que présent dans son ouvrage – ne constitue pas l’élément central de son analyse. En fait, Lefèvre s’intéresse plutôt à la médecine traditionnelle à Madagascar, tout en portant une attention particulière à sa dimension linguistique. Plus précisément, l’auteur soutient que les manipulations linguistiques jouent un rôle déterminant dans l’efficacité des pratiques et des remèdes. Son ouvrage est divisé en deux parties principales; soit une partie « statique », dans laquelle il fait une ethnographie des remèdes et des guérisseurs et une partie « dynamique », où il analyse et interprète les transformations des pratiques de soins. Dès les premières pages de son ouvrage, l’auteur explique clairement son positionnement théorique face à la médecine traditionnelle et la biomédecine. D’après lui, il serait inapproprié d’analyser celles-ci en parallèle, ou encore en opposition puisque certains concepts sousjacents à la médecine traditionnelle ne peuvent être transposés à la biomédecine et vice versa.

Le choix d’utiliser une approche « statique » dans la première partie de l’ouvrage est expliqué par l’auteur par l’assertion qu’elle « répond […] plus profondément à la conception des acteurs, qui pensent et affirment souvent de manière véhémente qu’ils ont reçu une tradition remontant à la nuit des temps, stable, permanente, et qu’il est de leur devoir de descendants de conserver ce legs des ancêtres. » (31) Il affirme également que son approche correspond à une méthodologie courante en ethnographie, alors qu’il se réfère quasi exclusivement à des ethnographies classiques dont il fait état. Ainsi, dans cette partie, Lefèvre nous propose en premier lieu d’explorer la pharmacopée de Toliara, qu’il entend comme « liste des remèdes » et qui inclut non seulement des végétaux comme [End Page 482] des plantes, des fruits et des bois, mais également certains produits animaliers et objets divers.

La seconde section est annoncée comme situant la médecine traditionnelle entre système et «non-système» mais il ne faut pas s’attendre à ce que l’auteur se situe dans ce débat pourtant central en anthropologie de la santé alors qu’il entame plutôt une discussion entourant les notions de nature et de surnature en anthropologie. On apprend entre autres que selon les Malgaches, la dichotomie entre nature et surnature est inappropriée, puisqu’existent des esprits « physiques » avec lesquels il est tout à fait « naturel » d’interagir. Ensuite, l’auteur examine la notion de maladie telle que conceptualisée dans la médecine traditionnelle à Madagascar et nous présente les différentes classes de thérapeutes traditionnels. Celles-ci incluent les devins-guérisseurs, qui occupent la figure principale dans son ouvrage, les possédés, les femmes accoucheuses et les rebouteux.

En troisième lieu, Lefèvre s’attarde à la logique thérapeutique des pratiques médicales traditionnelles. L’auteur nous parle de la notion malgache hasy, qui correspond à la vertu efficace des remèdes, mais qui peut également être utilisée pour qualifier un guérisseur, un destin, etc. Plusieurs éléments, comme l’éloignement géographique, la fraîcheur, et les jeux de mots sont déterminants dans la vertu hasy d’un remède. Les jeux de mots, qui fonctionnent ici par analogie, semblent être particulièrement révélateurs puisqu’ils sont présents dans presque tous les aspects de la médecine et des pratiques des thérapeutes. Par rapport aux plantes plus particulièrement, Lefèvre affirme que « c’est le jeu sur les noms des plantes qui...

pdf

Additional Information

ISSN
2292-3586
Print ISSN
0003-5459
Pages
pp. 482-484
Launched on MUSE
2014-11-16
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.