Abstract

Le présent article se propose de montrer à quel point le jugement que Jean-Jacques Rousseau porte sur l’humour et sur le rire peut nous aider à éclairer sa réflexion philosophique, notamment la genèse de l’émotion et le rôle que celle-ci peut jouer dans la conduite morale de l’individu. L’analyse généalogique de la passion du rire dans l’œuvre de Rousseau—qui s’inscrit de manière cohérente dans sa conception « vectorielle » de l’émotion—nous signale la nécessité de séparer nettement la réalisation positive de la bonne humeur, c’est à dire la gaieté, de sa dégénérescence négative, à savoir la moquerie. Dans le premier cas, il s’agit d’une émotion positive et légitime qui reprend le caractère naturel d’une passion pré-morale en l’élevant à outil d’édification de la socialité humaine; dans le second, il s’agit, au contraire, d’un sentiment artificiel et conventionnel qui fausse l’émotion et la transforme en un instrument de domination sur le prochain.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0243
Print ISSN
0840-6286
Pages
pp. 693-713
Launched on MUSE
2014-07-31
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.