Abstract

A la fin du XIXe siècle, presque deux cents enfants du Sénégal ont reçu des bourses métropolitaines, qui les ont permis de suivre les cours dans un lycée ou un collège de France, de la Tunisie, ou de l’Algérie. Leurs parents ont dû choisir un correspondant qui habitait près del’école. Le correspondant devait assurer le paiement des frais de l’école, subvenir aux besoins de l’élève, et surveiller des sorties occasionnelles. Cet article examine les relations entre les correspondants et les boursiers sénégalais, et les réseaux transatlantiques qu’elles ont produits. Il se concentre surtout sur l’histoire d’un boursier qui s’appelait Durand Armstrong, dont le père était en communication fréquent avec son correspondant. L’article prétend que les relations entre boursiers et correspondants ont compliqué les fractures sociales de la colonie. Ces élèves étaient donc des intermédiaires, qui, grâce à leurs réseaux, leur éducation, et leur mobilité, ont pu remettre en cause les catégories sociales coloniales.

pdf

Additional Information

ISSN
1543-7787
Print ISSN
1539-3402
Pages
pp. 39-66
Launched on MUSE
2014-06-23
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.