Abstract

This article explores cross-cultural interactions in Canadian fiction in French and English, and delineates a hemispheric shift in the imaginaries of the literatures of Canada and Québec. Beginning with what are sometimes considered to be the “first” Canadian and Québécois novels, The History of Emily Montague by Frances Brooke and L’Influence d’un livre by Philippe Aubert de Gaspé, fils, this article will argue that both were open to the “Other,” as represented by references to the opposing linguistic body (French or English). The article then provides a diachronic overview of texts published in English and French in Canada, and underlines both cross-cultural interactions (English-French) within the literatures of Canada and their fascination with Europe. This is followed by references to some late twentieth-century authors, whose work reveals the beginning of a shift in attitudes away from Europe and toward Latin America. The article ends with an in-depth analysis of a twenty-first-century novel, Nikolski by Nicolas Dickner, and the main thrust of the argument here is to unpack the diminishing importance of Europe and the increasing importance of Latin America for the contemporary literary imaginary.

Abstract

Cet article étudie plusieurs manifestations de mouvements interculturels dans les lettres en français et en anglais au Canada, dans le but de tracer un déplacement hémisphérique récent dans l’imaginaire exprimé par les lettres canadiennes et québécoises. Cette étude débute avec les « premiers » romans canadien et québécois, soit The History of Emily Montague de Frances Brooke et L’Influence d’un livre de Philippe Aubert de Gaspé, fils : ces textes démontrent une certaine ouverture vers l’Autre—ouverture marquée par des références textuelles à « l’autre » langue et culture. L’étude offre ensuite un survol diachronique de textes publiés en français et en anglais au Canada, en soulignant deux éléments forts dans l’évolution du roman: les interactions entre les deux cultures canadiennes (française-anglaise) et l’intérêt marqué pour l’Europe dans ces textes. L’article se concentre par la suite sur quelques écrits de la fin du vingtième siècle, où l’on peut discerner le début d’un abandon de cette concentration de l’imaginaire sur l’Europe et un rapprochement de celui-ci avec l’Amérique latine. L’article se termine par l’analyse détaillée d’un roman bien ancré dans le vingt-et-unième siècle : Nikolski de Nicolas Dickner; l’argument ici insiste sur la diminution de l’importance de l’Europe dans notre pensée et l’importance croissante de l’Amérique latine dans l’imaginaire littéraire contemporain.

pdf

Additional Information

ISSN
1923-5291
Print ISSN
1180-3991
Pages
pp. 191-212
Launched on MUSE
2014-05-08
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.