Abstract

Le présent article se propose d’analyser la poétique du personnage dans Cent seize Chinois et quelques de Thomas Heams-Ogus. On essaie de montrer comment le roman s’emploie à construire des personnages qui soient d’abord non des individus, mais bien des êtres humains – c’est-à-dire saisis non pas dans la singularité d’une existence, mais dans ce que les existences peuvent avoir “d’intime et de partagé”. On montre ensuite comment cette distance que le roman prend d’avec la fable individualiste occasionne toutes sortes de répercussions sur sa poétique narrative: incertitudes du raconter, questionnement du sens du point final, posture herméneutique.

pdf

Share