In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Les guérisseurs de l’économie. Sociogenèse du métier de consultant by Odile Henry
  • Cédric Neumann
Odile Henry. - Les guérisseurs de l’économie. Sociogenèse du métier de consultant. Paris, CNRS Éditions, 2012, 494 pages.

L’ouvrage d’Odile Henry s’inscrit dans le prolongement de ses recherches précédentes consacrées à l’espace du conseil. L’auteure présente une histoire structurale d’un ensemble d’activités faiblement institutionnalisées qui a pour ambition de [End Page 140] dénaturaliser les métiers du conseil et les instruments de gestion qu’ils mobilisent. Cette sociogenèse des consultants passe par une analyse de longue durée et la mobilisation des concepts de la sociologie des professions d’Andrew Abbott11 – les activités de conseil apparaissent partiellement comme le produit de conflits entre différents groupes professionnels cherchant à étendre leur juridiction –, ainsi que ceux forgés par la sociologie de Pierre Bourdieu. En particulier, la dialectique entre le « titre » et le « poste », c’est-à-dire les luttes de classement découlant de la relation entre les « compétences de droit » garanties par un titre scolaire et les « compétences de fait » résultant de l’évolution technologique12, forme le fil conducteur majeur de l’ouvrage. Plus généralement, la démarche structurale adoptée par l’auteure vise à dépasser l’éclatement des angles d’approche des études antérieures en reconstituant l’ensemble des propriétés sociales significatives des agents intervenant dans la définition des activités de conseil.

Ces postulats théoriques conduisent Odile Henry à identifier dans les luttes professionnelles qui opposent au XIXe siècle les ingénieurs civils aux ingénieurs liés à l’État la matrice initiale d’opposition à travers laquelle le champ des activités de conseil se structure. Durant cette période, les activités d’ingénieur-conseil sont assurées par des agents aux caractéristiques sociales hétérogènes. D’une part, la version noble de ce métier renvoie aux activités de conseil exercées par les ingénieurs du corps des mines cumulant les distinctions scolaires et académiques. D’autre part, le terme d’ingénieur-conseil permet de valoriser les fonctions occupées par les ingénieurs civils, cantonnés par l’étroitesse du marché du travail à des positions temporaires d’ingénieur et qui tentent d’affirmer la validité de leurs compétences face aux polytechniciens. La Belle Époque apparaît comme le prolongement de ces luttes. Face à la spécialisation accrue de leurs fonctions et l’emprise plus forte des ingénieurs des corps sur les postes de direction des entreprises, les ingénieurs-conseils se regroupent en 1912 au sein de la Chambre des ingénieurs-conseils et des ingénieurs-experts de France (CICIEF). Celle-ci élabore un code de déontologie qui souligne l’aspect libéral de la profession en excluant les entrepreneurs, les fonctionnaires et les ingénieurs des entreprises privées et en attribuant aux ingénieurs-conseils les qualités d’indépendance et d’impartialité issues de l’expertise juridique.

À partir des années 1920, la constitution progressive de l’organisation du travail comme domaine séparé accroît la division du travail entre les ingénieurs-conseils. Pour comprendre l’émergence de la population des organisateurs-conseils, Odile Henry revient d’abord sur les figures fondatrices d’Henry Le Chatelier et d’Henri Fayol. Les différences entre ces deux auteurs ne sont pas rapportées uniquement à « de grandes causalités économiques et/ou techniques » (p. 136) mais envisagées aussi comme l’héritage des luttes de concurrence entre les ingénieurs civils et ceux liés à l’État. Ainsi, selon l’auteure, l’adhésion de Le Chatelier à la doctrine de Taylor doit être mise en relation avec sa volonté de restaurer le prestige et le pouvoir de l’élite des ingénieurs, soumise plus fortement aux injonctions des hommes d’affaires. En transformant le taylorisme en une théorie générale de l’action applicable à tous les domaines, Le Chatelier subordonne l’organisation de...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 140-143
Launched on MUSE
2014-02-28
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.