Abstract

En 1998, l’Ontario a adopté une loi exigeant que toute personne reconnue coupable de conduite avec facultés affaiblies suive un programme de mesures correctives, nommé Bonne Conduite, avant que leur permis de conduire ne soit revalidé. Selon une évaluation, les clients doivent suivre soit un programme d’ « éducation » soit un programme de « traitement », selon le niveau des problèmes liés. Plusieurs mois après avoir terminé le programme, les participants réalisent une entrevue de suivi. Nous rapportons la consommation d’alcool ou d’autres drogues et ses indicateurs des résultats pour 22 277 participants ayant réalisé le suivi entre 2000 et 2005. Un lien a été établi entre le fait d’avoir terminé le programme et une réduction importante de la fréquence de consommation d’alcool ou d’autres drogues, du nombre de verres consommés en une séance, du nombre total de consommateurs et des conséquences négatives causées par la consommation d’alcool ou d’autres drogues. Un grand nombre de participants devinrent des « non-consommateurs » de diverses substances au cours du programme. Ces résultats démontrent que le programme de mesures correctives a des effets bénéfiques sur les participants, qu’il s’agisse du programme éducatif ou de traitement.

Abstract

In 1998, Ontario passed legislation requiring that all drivers convicted of drinking and driving complete a remedial program, called Back on Track (BOT), before their driver’s licences could be reinstated. Based on an assessment, clients are assigned to complete either an “education” program or a “treatment” program, depending on levels of substance-related problems. Several months following completion of their program, participants complete a follow-up interview. We report substance use and related outcome measures on 22,277 BOT participants who completed follow-up between 2000 and 2005. Completion of BOT was associated with significant reductions in the frequency of alcohol and other drug use, number of drinks consumed per drinking occasion, total numbers of substance users, and negative consequences resulting from substance use. A large number of participants became “non-users” of various substances over the course of the program. These findings provide evidence that the remedial program has beneficial effects for participants in both the education and treatment components of BOT.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0219
Print ISSN
1707-7753
Pages
pp. 201-217
Launched on MUSE
2014-02-21
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.