In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Prolégomènes à une étude de la rhétoricalité césairienne Keith Louis Walker L A PROCLAMATION du Grand Prix National 1982 de Poésie a qualifié l’œuvre césairien d’“ œuvre d’éveilleur de conscience” . 1 Le rôle d’éveilleur de conscience que Césaire s’est donné est un concept cher au poète surréaliste Paul Éluard. Trois ans avant la pub­ lication du Cahier,2 au cours de sa célèbre conférence prononcée à Londres en 1936, Eluard définit le devoir du poète moderne ainsi: “ Un poète doit être plus utile qu’aucun citoyen de sa tribu” . Aimé Césaire nous a dit et continue à nous dire, à l’Europe et à l’Afrique, et au monde, ce qu’il y a de plus déchirant dans la condition humaine et notamment dans Le Discours sur le colonialisme où sa maîtrise de la rhétorique s’impose. Fallait-il enfin rejeter dans les ténèbres de l’oubli le fait d’armes mémorable du com­ mandant Gérard et se taire sur la prise d’Ambike, une ville qui, à vrai dire, n’avait jamais songé à se défendre: “ Les tirailleurs n’avaient ordre de tuer que les hommes, mais on ne les retint pas, enivrés de l’odeur du sang, ils n’épargnèrent pas une femme, pas un enfant... A la fin de l’après-midi, sous l’action de la chaleur, un petit brouillard s’éleva: c’était le sang des cinq mille victimes, l’ombre de la ville, qui s’évaporait au soleil couchant.” Oui ou non, ces faits sont-ils vrais? Et les voluptés sadiques, les innombrables jouissances qui vous frisselisent, la carcasse de Loti quand il tient au bout de sa lorgnette d’officier un bon massacre d’Annamites? Vrais ou pas vrais? Et si ces faits sont vrais comme il n’est au pouvoir de personne de les nier, dira-t-on, pour les minimiser que ces cadavres ne prouvent rien? Immédiatement on observe que Césaire, le poète en tant que déposi­ taire des faits de l’histoire, mémoire et avocat de son peuple, doit développer une nouvelle rhétorique qui réveillera les participants dans la tragédie colonialiste de leur indifférence à la souffrance humaine. Césaire est devenu poète par haine de certaines structures et traditions poétiques qu’il voulait attaquer, et donc il a écrit son anti-poème Le Cahier d ’un retour au pays natal. Par haine de la brutalité du système colonialiste et aussi par haine d’une rhétorique obscurantiste, Césaire veut développer une anti-rhétorique de persuasion permanente, distincte de la séduction circonstantielle du beau parleur. Dans Le Discours VOL. XXXII, NO. 1 69 L ’E sprit C réateur Césaire mettra la conscience du colonisateur en éveil en démontrant comment et combien l’homme le plus civilisé se laisse déshumaniser par l’entreprise coloniale. Pour ma part, si j’ai rappelé quelques détails de ces hideuses boucheries, ce n’est point par délectation morose, c’est parce que je pense que ces têtes d’hommes, ces récoltes d’oreilles, ces maisons brûlées, ces invasions gothiques, ce sang qui fume, ces villes qui s’évaporent au tranchant du glaive, on ne s’en débarassera pas à si bon compte. Ils prouvent que la colonisation, je le répète, déshumanise l’homme même le plus civilisé; que l’action coloniale, l’entreprise coloniale, la conquête coloniale, fondées sur le mépris de l’homme indigène et justifiées par ce mépris, tendent inévitablement à modifier celui qui les entreprend; que le colonisateur, qui, pour se donner bonne conscience, s’habitue à voir dans l’autre la bête, s’entraîne à le traiter en bête, tend objectivement à se transformer lui même en bête. C’est cette action, ce choc en retour de la colonisation qu’il importait de signaler. Pour Césaire, la transformation langagière est inséparable de...

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 69-86
Launched on MUSE
2017-07-05
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.