In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Le bruissement silencieux de la graphie dans “Les fanfreluches antidotées” Eva Tsuquiashi-Daddesio L E DEUXIÈME CHAPITRE de Gargantua, entièrement constitué par un poème énigmatique intitulé: “ Les Fanfreluches antidotées, trouvées en un monument antique” ,1 compte parmi les plus her­ métiques de ce genre, très en vogue à la Renaissance. Il a été jusqu’à m aintenant assez ignoré et même considéré un moment moins qu’heureux dans l’écriture rabelaisienne.2 Nous proposons qu’il s’agit, au contraire, d’un moment fécond et essentiel pour la compréhension de l’œuvre dans laquelle il est inséré et que l’hermétisme récalcitrant qu’on lui reproche tient à un dessein précis: celui de matérialiser dans le langage un moment purement graphique, silencieux, prégnant de virtualités dont l’organisation fait plutôt appel à une perception visuelle qu’à la percep­ tion d ’un discours purement phonique exigée par la suite linéaire. Cette hypothèse se base dans une lecture qui distingue la matérialité graphique de la matérialité phonique de l’écriture. La matérialité phonique est con­ stituée par le discours entendu comme une suite linéaire, horizontale, des paroles écrites où l’amalgame parole /écriture implique une identité de fonctions qui se manifeste dans l’effacement de l’écriture et dont la seule matérialité qu’on puisse lui accorder est celle de double d’un supposé dis­ cours oral préalable.3 La matérialité graphique, par contre, se réfère à tous les aspects de l’existence physique du corps écrit, c’est-à-dire, la dis­ tribution des lettres noires dans la page blanche, les formes complexes de type iconographique que ces lettres peuvent composer au travers du système linéaire. Il faut préciser cependant que malgré l’utilité théorique de cette distinction, il n’y a jamais une dissociation complète entre ces deux aspects de l’écriture. Ce travail se propose de montrer d ’abord comment les choix d ’écri­ ture de Rabelais répondaient à une assez extraordinaire conjoncture historique. Ensuite, nous essaierons de dégager le fonctionnement des structures graphiques discontinues dans le poème, en nous limitant aux relations qui s’établissent entre les différentes composantes du titre et le corps du poème qu’il nomme. Et pour conclure nous proposons d’indiquer les conséquences de ce choix d’écriture pour la notion de narration en tant que continuité linéaire. 48 Su m m e r 1988 T s u q u ia s h i-D a d d e s io Pour commencer, il faudra donc établir et situer les choix rabelaisiens par rapport aux grands changements historiques qui ont profondément modifié l’activité de l’écriture dans le XVIèm e siècle. Un premier choix, très controversé à l’époque, faisait partie de l’effort concerté d’un grand nombre d’auteurs et du gouvernement4pour promouvoir l’usage et le développement de la langue française, ce qui provoqua l’hostilité de ceux qui n’acceptaient que le latin comme langue des gens cultivés.5Cet effort d’amélioration impliquait non seulement la tâche d ’émuler les auteurs de la Rome antique en général, mais surtout d ’égaler la subtile complexité des meilleurs moments d ’une écriture qui devait répondre à une loi générale de lecture articulée par Erasme dans un de ses adages: le “ Sileni Alcibiadis”, basé dans un passage du Banquet de Platon. Cet adage proposait que dans les textes classiques, “ le sens ultime des mots et des choses ne se livre qu’à celui qui, sous les mirages de l’apparence, sait découvrir le secret de l’être” .6 Le topos constitua pour les humanistes “ un système de la lecture et une doctrine du secret” qu’il fallait protéger contre les abus des allégorisations médiévales. Leur pratique de la lecture et de l’écriture visait donc à une valorisation du secret qu’ils voulaient différente de l’abâtardisation manifeste dans beau­ coup de textes m...

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 48-57
Launched on MUSE
2017-07-05
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.