In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Fonctions de l’écriture emblématique chez Rabelais François Rigolot & Sandra Sider L ES RAPPORTS entre la science des emblèmes, telle qu’elle apparaît dans les recueils qui lui sont consacrés au seizième siècle, et les structures emblématiques de la poésie, du théâtre, et de la prose narrative de la même époque ont récemment fait l’objet de savantes études qui ont bien montré l’influence déterminante de la repré­ sentation picturale sur la composition des textes littéraires à la Renais­ sance.' En outre, on a pu montrer qu’il existait des références précises au mode de lecture emblématique dans des œuvres comme celle de Rabelais, où l’emblème ne servait pas nécessairement de point de départ.2 On sait que, pour que les emblèmes fonctionnent avec efficacité, il faut que se créent des rapports dynamiques entre les mots et l’image, et qu’il existe un éloignement suffisant entre l’objet et le sens pour que la communication se fasse moins au niveau de la dénotation qu’à celui de la connotation (Daly 8, Russell 85). En littérature, la question qui se pose est évidemment la suivante: comment cette tension dynamique peut-elle se réaliser quand il n’y a pas d ’images et que seuls apparaissent des motsembl èmes dans une structure narrative? Sans doute peut-on appeler “ emblématiques” des épisodes réalistes ou non-réalistes dont l’interprétation est essentielle à la compréhension “ connotative” d’une œuvre.3 Mais de telles définitions rencontrent des difficultés soit parce qu’elles sont trop lâches et tendent à s’appliquer à des situations par trop hétérogènes, soit parce que le concept même de “ tension dynamique” reste trop souvent le produit de projections sym­ boliques sans commune mesure avec l’horizon d ’attente propre à l’œuvre considérée. Ainsi il semble qu’une étude plus approfondie des modes em­ blématiques de composition chez Rabelais puisse entraîner une com­ préhension beaucoup plus juste de la nature même du symbolisme dans la littérature des seizième et dix-septième siècles. Nous nous proposons ici d’interpréter la sémiotique rabelaisienne à partir d ’un éclaircissement des méthodes de lecture que nous révèle la science emblématique. Nous tiendrons compte non seulement des signes et de leur significa­ tion au plan de la diégèse (c’est-à-dire de l’histoire qui nous est racontée) 36 Su m m e r 1988 RlGOLOT & SlDER mais aussi au niveau de la narration (la façon dont l’histoire nous est narrée). Le rapport entre le narrateur et les signes qu’il présente aux lecteurs peut se décrire aussi en termes emblématiques dans le mesure où celui-ci s’abstient souvent d’interpréter ses signes. La distance qui sépare les lec­ teurs du narrateur oblige ainsi ceux-ci à chercher une compréhension “ connotative” du sens implicitement encodé dans le texte. Les deux modes de lecture4—Il semble que chez Rabelais l’écriture emblématique apparaisse sous deux modes distincts: le mode allégorique, qui renvoie à des vérités morales, et le mode hiéroglyphique, qui donne accès à des vérités mystiques. Le mode allégorique s’apparente au niveau tropologique de l’exégèse médiévale et lui emprunte son type de fonc­ tionnement. Le mode hiéroglyphique, qui appartient au niveau de l’exégèse typologique, fonctionne, au contraire, selon un modèle par­ ticulier à la Renaissance. Ce n’est pas que Rabelais se serve de véritables hiéroglyphes. Toute­ fois, de temps à temps, ses symboles fonctionnent de façon heuristique, selon le mode de lecture que ses contemporains imposaient aux hiéro­ glyphes. Le sérieux de Rabelais au sujet de l’efficace épistémologique de ces symboles apparaît clairement au chapitre 9 de Gargantua lorsque le narrateur fait mention des Hieroglyphica d’Horapollon et du Songe de Poliphile (Hypnerotomachia) de Francesco Colonna pour la première...

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 36-47
Launched on MUSE
2017-07-05
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.