In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

SOPHIE BEAULE«II n'y a que des cauchemars et des angoisses, des deIires... » Lecture de Ia nouvelle fantastique et de science-fiction quebecoise depuis 1980 Le fantastique et la science-fiction (SF) connaissent au Quebec un veritable essor a partir des annees 1980, selon les observateurs du champl. Deja presents dans les annees 1960, c'est surtout dans les annees 1970 qu'ils prennent leur elan avec, entre autres, l'apparition des revues Solaris, fondee en 1974 sous Ie" nom de Requiem, et d'imagine... en 1979. Les revues cristallisent Ie milieu de la science-fiction et du faritastique quebecois (SFFQ) et contribuent al'emergence d'auteurs qui s'ajoutent aceux qui ne participent pas ou peu au dit milieu. On assiste des lors ala multiplication de romans, de recueils, de collectifs et bientot, de reeditions qui 5'accompagnent de la reconnaissance tant al'etranger que dans Ie champ litteraire quebecois. En effet la pratique des deux genres - mais surtout celIe du fantastique - se legitimise comme en temoignent les chroniques et les numeros speciaux dans les revues litteraires2 , de meme que la mise sur pied d'un groupe de recherche3 • Les annees 1990 continuent sur la lancee, bien qu'avec un bemol puisque les collections de SF et de fantastique de la maison Le Preambule cessent d'exister en 1988 et que 1a revue imagine... disparait ala fin de Ia decennie suivante. Les chiffres fournis par L'annee de la science-fiction et du fantastique quebecois se montrent eloquents (Pettigrew, 1985-1986: 13 et Janelle, 1999: 3). En 1983,44 ecrivains publiaient l'un ou l'autre des deux genres; ils sont 90 en 1997. De meme,la production passe de 108 nouvelles et 12 romans en 1984 a128 nouvelles et 22 romans et recits en 1997. 1 Pour un historique detaille de la science-fiction et du fantastique au Quebec, voir entre autres Michel Lord, «Le recit fantastique et de science-fiction au Quebec depuis la Revolution tranquille »(Lord, 1997a),et Vincent Nadeau etStanley Pean, ( Prose narrative au Quebec (la nouvelle) (1960--1996)), dans (Nadeau et Pean, 1997). 2 La revue Lettres qfll!bicoises offre, dans les annees 1982-1992, une chronique de SFFQ ecrite par Michel lord, et Voix et images a propose pendant quelques annees une revue de la production de l'annee. Du cote des numeros speciaux, nous pensons, entre autres, aux numeros qui ont fait date dans La Nouvelle Barredu. jour (1979 et 1980), ainsi qu'aux Actes du coUoque descience-ficiton publies par Protee(1982),au numeroconsacre al'utopie dans Nuit blanche (1984) et a« Au-dela du reel)} dans Arcade (1998). 3 Le GRILFIQ (Groupe de recherche interdisciplinaire sur les litteratures fantastiques dans l'imaginaire quebecois), anime par Aurelien Boivin, Maurice Emond et Michel Lord, a publie la Bibliographie analytique de la sCience-fiction et du.fa ntastique quebicois (1960-1985), Quebec, Nuit blanche editeur, 1992. UNlVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUME 69, NUMBER 4, FALL 2000 872 SOPHIE BEAULE Si la production nouvelliere se montre assez stable durant les deux decennies, son importance demeure indeniable, ce qui souligne combien cette forme litteraire se prete bien aux genres fantastique et sciencefictionnel . Durant les annees 1980,1ascience-fictionsurpasse Ie fantastique, soit 58 nouvelles c~ntre 50 en 1984, grace aux revues participant dumilieu SFFQ. La vapeur se renverse des Ie debut de la decennie suivante; 1997 voit la publication de 91 nouvelles de £antastique contre 31 en SF. Une telle situation reposerait sur deux facteurs. Tout d'abord, comme Ie fantastique jouit d'une plus grande Iegitimite que la science-fiction, qui souffre du denigremertt suscite par une production mediatique jugee mediocre, ce sera vers ce genre que les ecrivains se tourneront. II est d'ailleurs a remarquer que la production nouvelliere de SF est largement issue du milieu specialise. Ensuite, la nouvelle convient particulierement aux premisses esthetiques du fantastique; Ce genre, axe sur Ia rupture entre Ie reel et l'irreet profite en eifet de la forme breve, caracterisee par I/idee fixe, c'est-a.-dire Ie fait que Ie personnage ressasse un discours obsessif (Lord, 1993: 55), ainsi que par Ia discontinuite et la fragmentation (Carpentier, 1993: 44)· Mais la SF...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 871-890
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.