In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

SCIENCES HUMAINES 225 Sandra L. Beckett, Voies'et voix narratives dans l'CEuvre romanesque de Henri Bosco Toronto, Editions du GREF, collection Theoria, 1996, IX-)OO p. Depuis la publication de sa these intitulee La quete spirituelle chez Henri Bosco en 1988, Sandra Beckett n'a cesse de s'interesser a ce grand ecrivain de Provence. Elle faisait paraitre une seconde etude importante intitulee Les reflets, les echos et les ombres chez Henri Bosco: une etude du double obscur, en 1993. Plus recemment (1997 ?), un ouvrage intitule Les grands romanciers ecrivent pour les enfants (1945-1995) faisait une juste place aux nombreux et extraordinaires recits pour enfants qu'a ecrits Henri Bosco, dont le celebre Ane culotte, un peu comme Le petit prince de Saint-Exupery, peut ~tre considere comme un grand classique d'une litterature centree sur la figure d'un enfant, mais qui recree un recit fondamental de l'humanite. Avec ce dernier ouvrage, Sandra Beckett confirme son statut de grande specialiste de l'reuvre de Bosco.« Nous voudrions enrichir la perception critique de ]'reuvre de Henri Bosco aI'aide d'une narratologie que Gerard Genette qualifie de« thematique », dans une etude ou convergent }'analyse thematique et la theorie narrative de la voix », affirme }'auteur dans son introduction. Programme tres arnbitieux, dont la realisation decevra ceux qui s'attendent alire une veritable analyse thematique, laquelle se rencontre dans la «convergence» entre sens et structures, mais sans etre jamais developpee. La perspective narratologique est au contraire partout maintenue avec une rigueur exemplaire, dans un examen del'reuvre entiere de Bosco, depuis Le sanglier qui est le quatrierne roman de Bosco, rnais ou Beckett« trouve le prototype du je narrateur-protagoniste bosquien des ouvrages ulterieurs », jusqu'a ce bouleversant recit demeure inacheve, Une ombre, dont le narrateur « flotte encore sur les confins de l'irreel, a tel point qu'il doute de son existence dans Je monde reel». Beckett retrace done un parcours couvrant plus de quarante annees d'ecriture ou, toujours, les voies et les voix du narrateur cherchent as'affirmer dans un climat de mystere ou semblent abolies les limites entre vie et mort, reve et n?a1ite, present et passe. Un passe qui remonte volontiers, chez Bosco, ala Grece antique evoquee dans un recit dont Bosco a tres longtemps nourri le projet, mais qu'il ne pourra ecrire qu'une fois devenu octogenaire: Le recif I ou se realise enfin la rencontre entre les dieux grecs et ceux de la Camargue de Joseph d'Arbaud. Ce parcours de l'reuvre romanesque de Bosco,l'auteure le subdivise en quatre periodes: « Voies et voix premieres», «La trilogie d'Hyacinthe: variations sur un theme », « Je et jeux de la possession » et « Duo d'outretombe >>. Valable d'un point de vue thematique aussi bien que chronologique , ce decoupage ne·paralt parfaitement adequat que pour Ia deuxieme et la derniere parties1 ou se noue et se termine > entoure d'un « mystere qui ne se dissipe jamais ». Cela pennet 226 LEITRES CANADIENNES 1997 certes, de limiter l'etude narratologique acertaines reuvres jugees plus representatives, mais entraine certains choix discutables. Pourquoi Le Mas Theotime et L'antiquaire ont-ils ete exclus des « jeux de la possession» de la troisieme partie? Le choix du Sanglier et du Trestoulas pour degager les premieres« voix »semble plus discutable encore, surtout si ]'on considere que le heros de la toute premiere reuvre, Pierre Lampedouze, porte un nom qui servira de pseudonyme aBosco. Quant a!renee, petit recit injustement neglige par les critiques trop presses d'arriver aux « grandes » ceuvres, sa fantaisie surrealiste porte egalement en germe, certes (sous l'ombre tutelaire de Max Jacob), tousles narrateurs autodiegetiques qui cotoieront les delires, Ia folie, ou qu'affecteront de grands elans mystiques. Avrai dire, le veritable point de depart n'est peut-etre pas chez Bosco lui-meme, mais dans un petit recit que l'ecrivain avait lu enfant et qui le hantera toute sa vie: cette Merveilleuse histoire de Peter Schlemihl - I'Homme qui a perdu son ombre- de Chamisso, qu'on peut lire comme un hypotexte au recit posthume de Bosco, Une ombre. L'etude narratologique du Recifet d'Une ombre donne toute sa coherence acet ouvrage...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 225-226
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.